VENIN Joseph, Pierre

Par Charles Sowerwine

Né le 24 mars 1886 [n.c.e.c.] à Bourg-en-Bresse (Ain), mort le 14 août 1972 à Bourg-en-Bresse ; cheminot ; syndicaliste unitaire et militant communiste de l’Ain.

Cheminot conducteur à la Compagnie PLM à Bourg-en-Bresse, Joseph Venin fut, dès le lendemain de la guerre de 1914-1918, secrétaire général et trésorier du syndicat des cheminots à Bourg et, en 1920, secrétaire adjoint de l’Union des syndicats de l’Ain. Le 26 décembre 1920, suite à la démission de Claude Marlot, il en devint le secrétaire général, poste qu’il conserva jusqu’en juillet 1921, quand Marcel Nicolet* lui succéda ; il redevint alors secrétaire adjoint.
Joseph Venin prôna l’adhésion à la IIIe Internationale et adhéra au Parti communiste en 1921 (voir René Marius Nicod*. Il revint par la suite au Parti socialiste SFIO. En 1922, il soutint Nicolet dans ses efforts pour maintenir l’unité syndicale lors du congrès de l’Union syndicale de l’Ain (29 janvier). La commission exécutive de l’Union se résolut, le 28 février, à prendre les timbres des deux CGT en attendant le congrès départemental du 2 juillet suivant. Nicolet se chargea de ceux de la CGT, Venin de ceux de la CGTU. Mais Joseph Venin rompit cet accord en attendant le congrès constitutif de l’Union départementale CGTU organisé par Marie-Louise Berthon* à Oyonnax le 28 mai 1922, et Nicolet blâma cette initiative. Venin se plaça donc hors de l’Union des syndicats CGT. Dans L’Éclaireur de l’Ain du 9 juillet 1922, il expliqua son attitude en faveur de la CGTU. En décembre 1922, il fut secrétaire provisoire de la Bourse du Travail de Bourg.
Secrétaire du syndicat CGTU des cheminots de Bourg, Joseph Venin fut délégué au congrès des cheminots unitaires PLM en avril 1923, et au congrès de l’UD-CGTU de l’Ain (Nantua, 5 août 1923). Il présida ce congrès, où il y avait onze groupements représentés contre dix-neuf lors du congrès constitutif. Venin resta quelques années à la tête du syndicat CGTU des cheminots de Bourg. Au début de 1928, Albert Rochegude était secrétaire du syndicat et Venin secrétaire adjoint, poste qu’il conserva jusqu’en 1930 au moins. Il fut délégué, avec Anthelme Bardet et Albert Rochegude à la conférence fédérale du 6 au 8 juin 1929.
Élu au conseil municipal de Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie), Joseph Venin fut candidat socialiste dans cet arrondissement aux élections législatives de 1928 et obtint 1 400 voix sur 10 139 suffrages exprimés ; il se désista pour le député radical sortant qui fut réélu.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article9294, notice VENIN Joseph, Pierre par Charles Sowerwine, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 17 janvier 2012.

Par Charles Sowerwine

SOURCES : Arch. Nat. F7/12970. — Arch. Dép. Savoie, dossiers électoraux. — Le Socialiste savoyard, 15 février 1928. — L’Éclaireur de l’Ain, 7 novembre 1920-juin 1929.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément