GILAIN Paul [GILAIN Maximilien, Paul]

Par Didier Bigorgne

Né le 10 octobre 1898 à Dombasles-sur-Meurthe (Meurthe-et-Moselle), mort le 1er janvier 1971 à Paris (Seine) ; ouvrier métallurgiste ; syndicaliste et militant communiste ; délégué pour la 10ème Région communiste dans les Ardennes en 1924 ; secrétaire régional de la CGTU (1925-1929).

Paul Gilain était le fils de Maximilien Henri Gilain, chaudronnier, et Marie Aline Labretagne, sans profession. Son père fut secrétaire de la Libre Pensée de Neuves-Maisons et de la Fédération de Meurthe-et-Moselle de 1930 à 1935.

En 1921, Paul Gilain travaillait comme chaudronnier aux ateliers Peugeot de Nancy (Meurthe-et-Moselle). Il était membre du groupe Clarté et de la section communiste. Après avoir essayé de créer une section des Jeunesses communistes à Pont-Saint-Vincent, il devint secrétaire de la 24ème Entente régionale des Jeunesses communiste en 1922. A cette date, son jeune frère Adrien Lucien Gilain, né le 29 août 1900, aussi ouvrier chaudronnier de profession, militait aux Jeunesses communistes avant de devenir rédacteur de L’Etincelle, organe du Parti communiste pour les régions Est et Nord-Est, en 1924-1925.

Après les visites effectuées pendant les mois de février, juin et août 1923 dans la vallée de la Meuse par Paul Cadeau, alors délégué régional du Parti communiste, Paul Gilain fut désigné délégué pour les Ardennes par la 10ème Région communiste (Côte-d’Or, Haute-Saône, Vosges, Meurthe-et-Moselle, Ardennes, Marne, Haute-Marne et Aube). Il s’installa à Charleville en 1924. Il y exerça son métier d’ouvrier chaudronnier et milita à la section communiste L’Aurore. Aux élections pour le conseil général des 19-26 juillet 1925, il fut le candidat du Parti communiste dans le canton de Monthermé ; il échoua au premier tour en recueillant 707 voix sur 4727 inscrits et 2979 votants. Au titre du rayon de Charleville, il fut l’un des orateurs au meeting du 31 juillet 1927 à Mézières contre la guerre et les projets militaires qui se tint « sous la présidence d’honneur des marins et soldats emprisonnés et des condamnés politiques ».

Secrétaire régional de la CGTU depuis août 1925, Paul Gilain participa activement au conflit qui opposa en 1926, pendant neuf mois (de mars à novembre), mille trois cents ouvriers métallurgistes de Château –Regnault aux industriels de la boulonnerie pratiquant le lock-out. Il prit notamment la parole dans de nombreux meetings et écrivit un article dans le journal communiste L’Exploité à l’occasion du 1er mai 1926. Du 19 au 24 septembre 1927, il participa au 4ème congrès national de la CGTU qui se tint à Bordeaux.

Paul Gilain quitta son poste de secrétaire régional du syndicat unitaire en 1929 pour regagner sa Lorraine natale. De 1929 à 1931, il exerça la profession de ferblantier à Pont-Saint-Vincent. Il assura alors la direction du sous-rayon communiste de Neuves-Maisons et fut le candidat du Parti communiste, sans succès, aux élections des 18-25 octobre 1931 pour le Conseil général dans le canton de Nancy-Ouest.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article93100, notice GILAIN Paul [GILAIN Maximilien, Paul] par Didier Bigorgne, version mise en ligne le 2 novembre 2010, dernière modification le 5 octobre 2018.

Par Didier Bigorgne

SOURCES : Arch. Dép. Ardennes 1M 15 ; 3M 7 ; — Arch. Dép Meurthe-et-Moselle 1M 641 ; 4M 273. — L’Etincelle, 1921-1922.— La Lorraine ouvrière et paysanne, 1921-1931. — L’Humanité, 1926.— Etat civil de Dombasles-sur-Meurthe.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément