VOLPELLIÈRE Paul, André

Par Jean-Michel Gaillard

Né le 21 juillet 1895 à Alès (Gard), mort le 19 juillet 1986 à Alès ; cheminot ; syndicaliste et communiste.

Fils d’artisans menuisiers ébénistes, Paul Volpellière fréquenta l’école jusqu’à l’âge de quatorze ans puis devint apprenti menuisier. Il adhéra à la CGT en 1913, à Alès. Anarcho-syndicaliste convaincu, Paul Volpellière traversa une longue période de déception et de découragement devant l’impuissance du monde du travail à s’opposer à la guerre par la grève générale. Au front, il abandonna son anarcho-syndicalisme et la vision d’un syndicalisme se suffisant à lui-même à travers notamment l’expérience de la Révolution russe. Démobilisé en 1919, il reprit cependant sa place dans le mouvement syndical, cette fois aux ateliers du PLM à Courbessac près de Nîmes.
Paul Volpellière adhéra en 1921 à la section nîmoise de l’ARAC, aux côtés de Léon Pardonnet. Bien que favorable au Comité de la IIIe Internationale, il n’adhéra au Parti communiste qu’après l’appel de Gaston Monmousseau paru dans La Vie ouvrière en 1923. La même année, il entra comme trésorier au syndicat CGTU des travailleurs du chemin de fer, créé à Nîmes le 26 mars 1923. Il fut secrétaire adjoint de son syndicat puis secrétaire général au moment de l’unité et collabora en tant que tel aux divers journaux syndicaux, aussi bien au niveau de l’entreprise que de la corporation ou de l’Union départementale CGTU puis CGT. Il fut délégué au congrès fédéral de la CGTU (Nîmes, 1935) et aux congrès fédéraux de la CGT réunifiée (Nîmes, 1936 et 1938).
Dans le Parti communiste, Paul Volpellière occupa le poste de secrétaire adjoint du rayon de Nîmes. Il fut, avec Léon Pardonnet, l’un des moteurs du rapprochement avec la CGT, et les cheminots de Nîmes furent les premiers du département à réaliser l’unité sur le plan régional. De 1936 à 1939, il fut en outre conseiller prud’homme, fonction dont il fut déchu le 13 février 1940.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article9495, notice VOLPELLIÈRE Paul, André par Jean-Michel Gaillard, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 1er décembre 2011.

Par Jean-Michel Gaillard

SOURCES : Arch. Dép. Gard, 14 M 973. — Stéphane Courtois, La Politique du PCF et ses aspects syndicaux, 1939-1944, Thèse 3e cycle, Nanterre, 1978. — Rens. du militant.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément