WERNERT Jean, Gabriel

Par Jean-Marie Conraud

Né le 25 mars 1928 à Nancy (Meurthe-et-Moselle), mort le 28 juillet 1975 à Longwy (Meurthe-et-Moselle) ; président de la Fédération de Longwy de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) ; syndicaliste CFTC puis CFDT, secrétaire du syndicat des cheminots de Longwy ; conseiller municipal de Longwy (1971-1975).

Issu d’une famille de deux enfants, Jean Wernert était le fils d’un menuisier qui était entré à la Compagnie de l’Est en 1920. Muni de son certificat d’études et du brevet supérieur, il entra en 1945 au centre d’apprentissage de l’usine sidérurgique Senelle-Maubeuge pour préparer un CAP d’ajusteur. L’année suivante il débuta un apprentissage de dessinateur au bureau de dessin de l’usine. Il n’y resta qu’un mois. En février 1946 il quitta l’usine pour entrer à la SNCF comme élève employé de bureau.
C’est au centre d’apprentissage qu’il rencontra les premiers jocistes. Il fut tout de suite conquis et s’engagea avec enthousiasme dans le mouvement. En novembre 1947 on lui confia la responsabilité de président de la Fédération de Longwy. Il suivit les dix-huit sections du secteur en les visitant par tous les temps à pied ou à vélo. Il anima également « les jeunes compagnons du rail », section professionnelle de la JOC destinée spécialement aux jeunes cheminots. En 1951 il fut sollicité pour devenir permanent mais ne put accepter car il était à la veille de se marier avec Jeannine Masson, militante de la JOCF, dont il aura trois enfants.
Dès 1946 Jean Wernert s’était syndiqué à la CFTC où il assuma de nombreuses responsabilités. Secrétaire du syndicat des cheminots de Longwy, représentant du septième secteur cheminots, délégué du personnel, délégué au comité mixte, délégué du deuxième degré auprès du directeur de la Région Est avec Raymond Martin, il fut par ailleurs un responsable actif de l’Union interprofessionnelle du bassin de Longwy. Il prit pour la première fois la parole en public au cours des grèves de 1963 et anima par la suite de nombreux conflits.
Ayant gravi progressivement différents échelons jusqu’au grade de sous-chef de bureau de gare, il lui fut plusieurs fois proposé de passer l’examen qui lui aurait permis d’accéder au grade de chef de bureau. Il refusa chaque fois, estimant que cela le couperait de ses camarades de travail dont il voulait rester solidaire et sacrifiant sans hésitation un salaire plus avantageux et une certaine notoriété.
En 1970 il adhéra au Parti socialiste unifié (PSU) et se présenta à ce titre sur une liste d’union de la gauche aux élections municipales de 1971 à Longwy. Il fut élu minoritaire avec un autre militant du PSU, un militant du PS et un militant du PCF. Etant écartés par le nouveau maire de toutes les commissions municipales, ils firent un gros travail d’information auprès de la population, qui facilita la victoire de la gauche en 1977. Mais à ce moment là, Jean Wernert était décédé depuis le 28 juillet 1975, âgé de 47 ans. Il s’était marié en avril 1951 à Longwy avec Jeanine Masson.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article9547, notice WERNERT Jean, Gabriel par Jean-Marie Conraud, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 29 juin 2018.

Par Jean-Marie Conraud

SOURCES : Renseignements fournis par l’épouse de Jean Wernert. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément