WILKINS Gaston, Édouard, Ferdinand

Par Marcel Boivin, Jean-Jacques Doré

Né le 27 avril 1893 à Saint-Jacques-près-de-Lisieux (Calvados), mort le 27 mai 1965 à Rouen ; tourneur aux ateliers de chemin de fer de Sotteville-lès-Rouen (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) ; secrétaire du syndicat CGT des Cheminots de Sotteville de 1933 à 1936.

Fils d’un cultivateur, tourneur aux ateliers de chemin de fer de Quatre-Mares à Sotteville-lès-Rouen, Gaston Wilkins succéda à Maurice Gallois au secrétariat du syndicat confédéré des Cheminots de Sotteville en février 1933, il était assisté d’Auguste Favaud, Émile Pairaudeau, Marius Duval et Alphonse Aubry (secrétaires adjoints), Pierre Ducourt (trésorier), Paul Goujon (trésorier adjoint), Auguste Hédoux et Antoine Marcetti (archivistes). Le syndicat ne comptait que 60 membres en 1927, mais il obtint le renfort d’Émile Pairaudeau et des tenants de la Ligue syndicaliste lorsqu’ils quittèrent la CGTU en juin 1928, l’organisation comptait alors 700 militants.

Réélu en 1934 et 1935, ce fut lui et son équipe qui furent chargés des négociations avec les unitaires pour mener à bien la fusion ; le rapport des forces était assez équilibré puisque 800 confédérés faisaient face à 700 unitaires. L’affaire s’engagea mal lorsque le syndicat CGTU, sous prétexte d’un vol, réussit par ce tour de passe-passe à escamoter ses avoirs financiers qui, selon certaines langues, auraient été récupérés par le rayon communiste. Wilkins refusa toute manifestation commune et , de mauvaise grâce, entama les négociations au début du mois d’octobre 1935 ; elles aboutirent le 28 octobre après qu’il eut exigé que les fonctions de responsabilités fussent dédoublées. Le nouveau du syndicat unique fut élu le 28 décembre 1935, il était composé de Gaston Wilkins (ex C) et Roger Grelet (ex U) secrétaires, Paul Goujon (ex C) et Marcel Dumont (ex U) secrétaires adjoints, Émile Pairaudeau (ex C) et Maurice Meaux (ex U) secrétaires administratifs.

Élu membre de la commission administrative de l’Union départementale de Seine-Inférieure au congrès de fusion (16e de la CGT) tenu à Rouen le 22 décembre 1935, il dut abandonner le poste secrétaire des Cheminots de Sotteville en décembre 1936 pour celui de secrétaire adjoint de Roger Grelet.

Très désabusé, il abandonna la vie militante en 1938 et se confiait ainsi en privé : « la tactique des communistes est simple et efficace, ils font le vide autour de vous et vous tombez ensuite comme un fruit mûr ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article9559, notice WILKINS Gaston, Édouard, Ferdinand par Marcel Boivin, Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 6 août 2020, dernière modification le 6 août 2020.

Par Marcel Boivin, Jean-Jacques Doré

SOURCES : Arch. Dép. Seine-Maritime, 10 MP 1410 Syndicats dissous avant 1936, 1 MP 535 Manifestations politiques et syndicales — Direction des affaires sociales de la préfecture dossiers non versés aux archives. — Arch. de l’UD-CGT de Seine-Maritime, liasse CGTU, 1930-1935. — témoignage de Maurice Carrier — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément