WINBERG Louis, Marius

Par Jean-Luc Pinol, Nadia Ténine-Michel

Né le 25 février 1895 à Cette (aujourd’hui Sète, Hérault) ; mort le 6 septembre 1976 à Montarnaud (Hérault) ; employé aux chemins de fer du Réseau PLM ; un des responsables du syndicat des cheminots de la CGTU ; militant communiste.

Fils d’un employé de commerce, Louis Winberg, employé aux chemins de fer du Réseau PLM, fut l’un des responsables du syndicat des cheminots de la CGTU. Délégué aux congrès de 1925, 1927, 1931, 1933 et 1935, il représenta en 1926 le Réseau Algérie à la commission exécutive de la Fédération nationale des travailleurs des chemins de fer (CGTU). Il appartint à la commission administrative de l’Union PLM et devint secrétaire des cheminots de Paris-PLM. Ce syndicat comptait mille adhérents et son bureau comprenait Henri Plisson, Camille Frey, Alexandre Longuet, Jean Geneste et Léon Dubois. En 1930, Louis Winberg remplaça Alphonse Jaux au secrétariat général de l’Union PLM. Lors de la fusion en décembre 1934 des syndicats unitaire et confédéré des cheminots, Louis Winberg devint membre du bureau de la Fédération unifiée aux côtés de Fortuné De Payan, Henri De Kerdelleau et Camille Frey. En 1938, toujours membre de ce bureau, il était secrétaire de la région Sud-Est avec Henri De Kerdelleau.
Militant communiste de sa commune, Vigneux (Seine-et-Oise, Essonne), il fut battu aux élections municipales de 1929 puis élu en 1935. Désigné comme adjoint au maire, il fut déchu en 1940.
En 1945, Louis Winberg ne figurait plus sur les listes électorales de Vigneux.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article9564, notice WINBERG Louis, Marius par Jean-Luc Pinol, Nadia Ténine-Michel, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 25 décembre 2016.

Par Jean-Luc Pinol, Nadia Ténine-Michel

SOURCES : Arch. Nat. F7/13687 et 13688. — Arch. PPo 300 et 308. — Arch. Dép. Seine-et-Oise, 2 M 26/19, 30/57, 4 M 2/70, 1 W 221, 1 W 666. — C.r. congrès fédéral de 1938. — S. Courtois, La Politique du PCF, et ses aspects syndicaux, 1939-1944, Thèse 3e cycle, Nanterre, 1978. — Notes de Jacques Médard.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément