ABBEGG Charles [ABBEGG Abel, Charles]

Par Yves Le Maner, Claude Pennetier

Né le 10 juillet 1892 à Démuin (Somme), mort le 12 février 1967 à Démuin ; maréchal-ferrant dans sa commune natale ; militant communiste ; résistant ; conseiller municipal de Démuin.

Charles Abbegg (parfois orthographié par erreur Abegg et souvent Abbeg) adhéra au Parti communiste dans les années 1920. Il fut pendant de longues années secrétaire de la petite cellule communiste de Démuin et siégea au comité régional (Somme et Oise), puis fédéral de la Somme jusqu’en 1939 – voir Léon Poidevin*. Conseiller municipal de Démuin, il fut candidat du PC aux élections législatives d’avril 1936 dans la circonscription de Montdidier (Somme) ; il n’obtint au premier tour que 736 voix sur 13 757 électeurs inscrits et se désista en faveur du candidat socialiste en vue du second tour.

En septembre 1937, le Parti communiste prononça sa radiation. Le rapport envoyé pour la Région picarde par Amand Brault*, le 8 septembre 1937, est particulièrement sévère et ne reflète pas l’image que donne son engagement ancien :

« Abbegg a effectivement été candidat aux élections de 36 dans la circonscription de Montdidier. Il faut avouer que le choix d’un tel candidat n’était pas des plus heureux ; la faute en incombe à nos camarades de Longueau qui l’ont désigné en toute connaissance de cause.

« Abbeg est un élément qui ne vit que d’expédients (braconne, contrebande, etc.) élément considéré indésirable par les gens sérieux et émettant la prétention d’être payé ou de vivre à ne rien faire. C’est ainsi qu’embauché à la mairie de Cagny par une multitude de choses obscures entre lui et l’ex-camarade Renoust, il touchait son traitement assez réduit c’est vrai, puisqu’il ne dépassait pas 6 000 F par an, mais n’accomplissait aucun travail ; seulement ce traitement était partagé entre Abbeg et Renoust.

« En un mot, Abbeg est un individu qu’il nous fait exclure définitivement du Parti ; nous ne pouvons conserver de tels individus qui ne vivent que d’expédients, colportage, braconnent (sic), etc. Il est d’ailleurs connu dans toute la région comme braconnier professionnel, prêt à tout pour ramasser de l’argent sans aucun effort.

« Du point de vue politique, c’est le candidat le plus incapable, n’ayant aucune connaissance et aucun bagage lui permettant de représenter le Parti.

« Il est certain qu’un tel élément, qui est maintenant remplacé dans son emploi, ne peut que s’insurger ; mais c’est un bon débarras pour notre municipalité communiste de Cagny. »

Le secrétariat du parti répondit en portant la mention « radié » et en demandant de faire parvenir le signalement et la photo d’Abbegg, vraisemblablement pour inscription sur la "liste noire". Son nom n’apparaît cependant ni sur la liste noire n° 9 d’avril 1938, ni sur la liste noire n° 10 d’août 1938.

Ayant évité l’arrestation en 1939, Charles Abbegg mena une importante activité clandestine pendant l’occupation allemande. Après la Libération, il se contenta d’un rôle de simple militant local.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article9629, notice ABBEGG Charles [ABBEGG Abel, Charles] par Yves Le Maner, Claude Pennetier, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 15 juin 2010.

Par Yves Le Maner, Claude Pennetier

SOURCES : RGASPI, 495 270 5739 : rapport de Brault, 8 septembre 1937 et lettre du secrétariat national du 10 septembre 1937. — Arch. Nat. F7/13 130, rapport du 26 juillet 1932. — G. Lachapelle, Élections législatives, 1919-1936, 5 volumes. — Renseignements fournis par A. Dujardin et René Lemarquis. — État civil de Démuin.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément