JASIENSKI Bruno

Né vers 1901, poète polonais d’origine juive, Bruno Jasienski publia un roman, Je brûle Paris, en feuilleton dans l’Humanité pendant l’été 1928 puis en livre, en réplique à l’ouvrage de Paul Morand, Je brûle Moscou. « Paris et les Parisiens en proie à la peste, isolés par un blocus décidé par le gouvernement réfugié à Lyon. La ville s’organise. Dans le Quartier latin, les immigrants asiatiques menés par un énigmatique camarade voué corps et âme à la révolution ont les premiers déclarés les rues du cinquième et du sixième arrondissements « république jaune » ; dans les dix-neuvième et vingtième, les ouvriers ont recréé une commune nommée « république soviétique de Belleville » ; le quartier du Marais est devenu un État juif tandis qu’autour des septième et quinzième arrondissements, les Russes blancs vivent désormais dans un État autonome. Retranchés du côté de l’Opéra et des Champs Élysées, les financiers et maîtres de forge de l’époque louent les services d’une milice privée afin de protéger leur territoire des incursions des pauvres de la République de Belleville » (Marie Agnès Combesque).

Bruno Jasienski dressa un réquisitoire contre Monde dans Vestnik, organe de Bureau International de la littérature révolutionnaire, en septembre-octobre 1929. Voir la biographie de Vladimir Pozner* dans le Maitron.

Il fut fusillé à Moscou, dans le cadre des grandes purges, le 17 septembre 1938.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article96596, notice JASIENSKI Bruno, version mise en ligne le 2 novembre 2010, dernière modification le 2 novembre 2010.

SOURCE : Bruno Jasienski, Je brûle Paris, Le Félin 2004.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément