JOINT Théophile [JOINT Baptiste, Théophile, Séraphin].

Par Florence Regourd

Né le 25 novembre 1879 à Champagné-les-Marais (Vendée), mort le 14 juillet à Nantes (Loire-Atlantique) ; instituteur ; militant syndicaliste et socialiste SFIO de Vendée.

Fils d’un cultivateur, Théophile Joint fut instituteur, détaché au petit lycée de La Roche-sur-Yon. Le 11 août 1903, il épousa Louise-Marie Puaud à Mouchamps (Vendée).

Théophile Joint fut élu secrétaire général du premier bureau du SNI de Vendée : en 1921, les instituteurs vendéens abandonnèrent l’ancienne Amicale pour se regrouper dans la CGT. Plusieurs fois délégué aux congrès nationaux ou à la régionale de l’Ouest, Joint travailla à la création d’une Fédération départementale des syndicats de fonctionnaires et d’un Cartel des services publics en Vendée.

Les liens entre les instituteurs et les ouvriers se resserrèrent à partir de la reconstitution de l’UD-CGT de Vendée par R. Davisseau* en 1925. Théophile Joint fut aussi délégué par sa section syndicale auprès de l’UD-CGT, à plusieurs reprises (1924, 1925, 1927, 1930) et le congrès de l’UD de février 1934 le fit entrer à la CA. Cette même année, un rapport de l’Inspecteur d’Académie proposa une sanction contre lui : il avait fait la grève du 12 février. Enfin, il participa activement au congrès d’union du SNI en décembre 1935.

Venu du radical-socialisme, Théophile Joint adhéra à la SFIO en 1924. Il présida la manifestation d’inauguration de la rue Jean-Jaurès à La Roche-sur-Yon, se présenta aux législatives de 1928 dans la deuxième circonscription de Fontenay-le-Comte (1 482 voix se portèrent sur son nom soit 10,10 % des suffrages exprimés) et à celles de 1932 dans la première circonscription de Fontenay (il obtint 1 963 voix, soit 13,65 % des suffrages exprimés).

En tant que président de la section vendéenne de la Ligue des droits de l’Homme, Théophile Joint participa au regroupement des forces de gauche dans les comités antifascistes (il fut notamment l’organisateur de la manifestation antifasciste du 14 juillet 1935 à La Roche-sur-Yon) et des comités de Front populaire. Connu des militants grâce à sa présence dans de nombreuses réunions, orateur éloquent et persuasif d’après L. Clergeaud*, il se présenta à nouveau aux législatives de 1936 dans la deuxième circonscription de Fontenay, où 2 595 électeurs votèrent pour lui, soit 18,48 % des suffrages exprimés.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article96803, notice JOINT Théophile [JOINT Baptiste, Théophile, Séraphin]. par Florence Regourd, version mise en ligne le 2 novembre 2010, dernière modification le 2 novembre 2010.

Par Florence Regourd

SOURCES : Arch. Dép. Vendée, 1 M 301, 334, 258, 3 M 244, 4 M 403, 404, 405, 408, 409, 512. — Bulletin SNI Vendée, n° 1, avril 1921, n° 2, juillet 1921, n° 6, juillet 1922. — L. Clergeaud, Le Socialisme en Vendée, op. cit., p. 28. — État civil Champagné-les-Marais.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément