JUGNAT Jean, Gustave

Par Jacques Girault

Né le 22 novembre 1896 à Saint-Silvain-Bas-le-Roc (Creuse), mort le 26 décembre 1986 à Versailles (Yvelines) ; directeur d’écoles normales d’instituteurs ; militant syndicaliste.

Son père, Nicolas Jugnat, et sa mère, née Marie Paquet, étaient cultivateurs. Jean Jugnat entra à l’Ecole normale d’instituteurs de Guéret (Creuse) en 1912. Instituteur à Boussac d’octobre 1914 à avril 1915, il fut ensuite mobilisé dans l’infanterie jusqu’au 27 septembre 1919. Il participa aux combats sur le front en Champagne et à Verdun, et fut affecté à trois reprises (avril 1915-mars 1916, septembre 1916-février 1917, février-août 1918) au Centre d’instruction de Saint-Cyr, ce qui lui permit de devenir lieutenant.

Il reprit un poste d’instituteur à Guéret, puis fut nommé en février 1920 comme instituteur délégué à l’école primaire supérieure de La Charité-sur-Loire (Nièvre). Admissible au professorat des EPS et des écoles normales en juin 1920, il fut reçu lors de la session spéciale organisés pour les démobilisés en 1921. Muté à l’EPS d’Uzerche (Corrèze), il y devint professeur de français, puis fut nommé professeur à l’École normale d’instituteurs de Tulle (Corrèze). Détaché à l’École normale supérieure de Saint-Cloud (1922-1923), après avoir obtenu des certificats de licence (morale, sociologie, sciences de l’éducation) à la Sorbonne, il fut reçu au certificat d’aptitude professionnelle à l’inspection primaire et à la direction d’école normale en 1923.

Il devint inspecteur primaire à Ussel (Corrèze) puis à Saint-Amand-Montrond (Cher) en 1928. Il fut ensuite nommé directeur de l’École normale d’instituteurs de Loches (Indre-et-Loire) en 1930 puis de celle d’Orléans (Loiret) en 1937 1937 où il enseignait la philosophie. Il fut recommandé par Jean Zay, qui le présentait comme « un ami sûr ». De plus, il militait dans l’association professionnelle.

Jean Jugnat se maria en septembre 1924 à Mouhet (Indre) avec une institutrice, Marie Philippon. Le couple eut deux enfants dont une fille.

Mobilisé au début de la Seconde Guerre mondiale, comme capitaine d’état-major à la 5e Armée, il fut affecté à la direction du dépôt de l’Infanterie en février 1940 puis, pour raisons médicales, reprit la direction de son EN. Il devint directeur de l’Institut de formation professionnelle des instituteurs à Versailles (Seine-et-Oise) en 1941. À la Libération, il redevint directeur de l’École normale de Versailles où il prit sa retraite en 1962.

Jean Jugnat, militant du Syndicat national des directeurs et professeurs des écoles normales, affilié à la Fédération de l’Éducation nationale, fut élu titulaire au Conseil de l’enseignement du premier degré et au Conseil supérieur de l’Éducation nationale en juillet 1946. Il demeura membre titulaire de ces instances consultatives après les élections de 1950 et de 1958.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article97525, notice JUGNAT Jean, Gustave par Jacques Girault, version mise en ligne le 4 novembre 2010, dernière modification le 11 juin 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat., F17/ 27995. - Arch. Dép. Creuse, état civil Saint-Silvain-Bas-le Roc, registres matricule 1916. — Notes d’Alain Dalançon, de Marcel Parent et de François Printanier.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément