JUILLARD André

Par Jacques Girault

Né le 18 juillet 1936 au Creusot (Saône-et-Loire), mort le 15 février 2002 à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) ; instituteur puis principal de collège ; militant communiste ; maire de Saint-Martin-en-Bresse (Saône-et-Loire), conseiller général.

André Juillard en 2001.
André Juillard en 2001.

Fils d’instituteurs de Montceau-les-Mines, d’opinions de gauche, André Juillard entra à l’Ecole normale d’instituteurs de Mâcon. Il enseigna comme instituteur à Sanvignes et à Saint-Martin-du-Mont puis devint professeur de cours complémentaire, puis directeur du Groupement d’enseignement dispersé. En 1977, principal du collège Olivier de la Marche de Saint-Martin-en-Bresse qu’il avait contribué à créer en 1982-1983, il le dirigea jusqu’à sa retraite en 1991. Il fut un militant syndicaliste de la tendance « Unité et Action » jusqu’en 1977.

André Juillard se maria en juillet 1960 à Saint-Bonnet-en-Bresse (Saône-et-Loire) avec une institutrice, originaire d’une famille de cultivateurs de cette commune très connus dans la région. Le couple eut trois filles.

André Juillard adhéra au Parti communiste français en 1958. Secrétaire de sa cellule, il exerça diverses responsabilités en Saône-et-Loire depuis les années 1960. Il fut élu maire de Saint-Martin-en-Bresse en 1977 et fut réélu en 1983, en 1989, en 1995. Il ne se représenta pas en 2001. Sous ses mandats, furent construits un centre de secours, un collège, des logements, une antenne de l’écomusée de Perrigny (la Maison de la forêt et du bois). Furent aussi réalisés le lagunage, la déchetterie et les installations permettant l’arrivée du gaz naturel. Dans les années 1980, il adopta les positions des « rénovateurs » communistes.

Candidat au Conseil général en 1976, il arrivait en troisième position avec 404 voix. En 1982, à nouveau candidat, il obtenait 854 voix au premier tour et l’emportait le dimanche suivant avec 1 184 voix. Membre de la commission de l’agriculture et de l’espace rural, il fut réélu conseiller général en 1988, en 1994. Il ne se représenta pas en 2001. Il obtint des aides importantes pour l’équipement de sa commune qui devint une banlieue pavillonnaire de Chalon-sur-Saône. Lui-même musicien (pianiste), il était membre du conseil d’administration de l’écomusée de la Bresse après en avoir été le trésorier pendant vingt ans.

Il fut enterré civilement lors d’une cérémonie au foyer rural de la commune.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article97526, notice JUILLARD André par Jacques Girault, version mise en ligne le 4 novembre 2010, dernière modification le 11 juin 2021.

Par Jacques Girault

André Juillard en 2001.
André Juillard en 2001.

SOURCES : Archives du Comité national du PCF. — Renseignements fournis par l’épouse de l’intéressé. — l’Humanité, 20 février 2002.— Notes de Jean-Yves Boursier.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément