BAGNOL E.

Par Julien Chuzeville

Militant des Jeunesses socialistes puis des Jeunesses communistes à Paris ; militant du PC, opposant à la bolchevisation ; syndiqué à la CGTU.

En avril 1919, E. Bagnol fut élu membre du conseil national des Jeunesses socialistes. Il était alors militant des JS dans le XVe arr. de Paris. Le 28 décembre 1919, il participa à la première réunion constitutive du Comité pour l’autonomie des Jeunesses socialistes et leur adhésion à la 3e Internationale, aux côtés de Maurice Laporte et Paul Coblentz.
Il fut ensuite militant des Jeunesses socialistes-communistes, renommées au cours de l’année 1921 Jeunesses communistes. Bagnol fut signalé par L’Humanité du 27 janvier 1921 comme admis à l’École des propagandistes de la Seine, parmi les militants des Jeunesses.
En janvier 1922, il fut un des orateurs d’un meeting des JC à Paris en hommage à Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht. En 1922, il était également adhérent de la section communiste du XVe arr. de Paris et de la CGTU. En juin 1922, il fut élu au comité exécutif de la 4e Entente des JC (région parisienne). Bagnol était un orateur fréquent des JC, notamment à l’occasion de meetings antimilitaristes.

Militant communiste parisien, Bagnol signa, en octobre 1925, la lettre de l’opposition communiste au comité exécutif de l’Internationale communiste, dite lettre des 250 (voir Fernand Loriot). Il y a probablement identité.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article97655, notice BAGNOL E. par Julien Chuzeville, version mise en ligne le 3 novembre 2010, dernière modification le 29 septembre 2020.

Par Julien Chuzeville

SOURCES : Arch. PPo 1W1108 (dossier n° 55930, Coblentz). — L’Humanité, 24 avril 1919, 23 février 1921, 27 août 1921, 12 et 13 janvier 1922, 28 avril 1922, 5 juin 1922, 21 juin 1922 et 20 septembre 1922, 12 octobre 1922, 11 janvier 1923, 6 septembre 1923, 29 mai 1924. — Bulletin communiste. — Notes de Jean Maitron.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément