BAILLY Louis, Éloi

Par Jean Maitron

Né et mort à Pouilly-sur-Loire (Nièvre) : 1er décembre 1881-13 juin 1959 ; jardinier-viticulteur ; militant communiste de la Nièvre.

Louis Bailly parmi les candidats du Bloc ouvrier et paysan aux élections législatives d’avril 1928
Louis Bailly parmi les candidats du Bloc ouvrier et paysan aux élections législatives d’avril 1928
Louis Bailly, Sylvain Debret, Louis Petit, Kulmann, Ernest Girault

Louis Bailly exploitait 50 ares de vignes et militait au Parti socialiste lorsqu’il fut élu conseiller municipal de Pouilly en 1919. À partir de l’été 1920 il écrivit régulièrement dans Le Socialiste nivernais en faveur de l’adhésion à la Troisième Internationale. Délégué en décembre 1920, au congrès de Tours, il fut un des fondateurs du Parti communiste dans la Nièvre et resta un des principaux dirigeants pendant une dizaine d’années : il fut secrétaire fédéral en 1922 et appartenait au courant de gauche de la Fédération. C’était avec passion qu’il exprimait ses idées dans la presse communiste régionale.

Il fut candidat aux élections cantonales de 1919 à Pouilly (524 voix contre 1 312 à A. Pabien élu au premier tour), et à plusieurs reprises aux législatives : en 1924 à la tête de la liste communiste, il obtint 9 803 voix, soit 11,46 % des électeurs inscrits ; en décembre 1926 aux élections partielles de la circonscription de Cosne, il se battit contre le maire de La Charité, conseiller général, Marcel Lebœuf au second tour, il groupa 27 480 suffrages mais Lebœuf fut élu avec 32 624. En 1928 dans la même circonscription il obtint 3 072 voix contre 5 117 au socialiste Fié et se maintint au second tour (289 voix contre 8 018 au docteur Fié, élu).

Le 18 janvier 1925 il assista au 1er congrès paysan français (voir Renaud Jean) et régional (Cher, Nièvre, Allier, Yonne) ; il organisa la conférence paysanne qui se tint à Nevers cette même année. À Pouilly-sur-Loire le syndicat des paysans travailleurs comptait, en 1926, une quarantaine de membres. Bailly en était le secrétaire, Aug. Chapotet le président.

Bailly resta conseiller municipal de Pouilly quelques années ; il assura avec Marius Maitron le secrétariat de la cellule communiste locale après sa reconstitution en 1936.

Maurice Thorez, revenant avec Cachin du VIIIe congrès du Parti tenu à Villeurbanne 22-25 janvier 1936, a évoqué la visite qu’il rendit à Bailly à Pouilly-sur-Loire. Celui-ci leur conta sa résistance aux pupistes (Charles Jolly et Louis Sellier, d’origines nivernaises, avaient participé à sa campagne électorale de décembre 1926), puis à « un instituteur trotskyste, revenu depuis à la ligne du Parti » (il s’agissait de Jean Maitron), enfin contre Jacques Doriot qui rayonnait sur la région avec les colonies d’enfants de Saint-Denis. Mais, avait conclu, Bailly « Moi, je suis avec le PC, je suis avec l’I.C. jusqu’à la mort » (Cahiers du Bolchevisme, n° 3-4, 15 février 1936

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article97713, notice BAILLY Louis, Éloi par Jean Maitron, version mise en ligne le 3 novembre 2010, dernière modification le 14 avril 2020.

Par Jean Maitron

Sylvain Debret, Louis Petit, Kulmann, Ernest Girault "> Louis Bailly parmi les candidats du Bloc ouvrier et paysan aux élections législatives d'avril 1928
Louis Bailly parmi les candidats du Bloc ouvrier et paysan aux élections législatives d’avril 1928
Louis Bailly, Sylvain Debret, Louis Petit, Kulmann, Ernest Girault

SOURCES : Arch. Nat. F7/13.004, rapports du 11 mars 1921 et de novembre-décembre 1926 ; F7/13105, Nevers 1er février 1926. — Le Travailleur.L’Émancipateur.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément