BAPTISTE Gabriel, Eugène

Par J. Gaumont, Jean Maitron et Claude Pennetier

Né le 26 octobre 1878 à Tulle (Corrèze) ; employé dans une coopérative ; militant socialiste puis communiste de la région parisienne ; responsable des Pupilles communistes.

Né à Tulle (Corrèze) le 26 octobre 1878 employé dans une coopérative, 13, rue de l’Entrepôt (Paris, Xe arr.), Gabriel Baptiste militait à la 12e section socialiste de Paris. Membre du Comité pour la reconstruction de l’Internationale, il en démissionna fin octobre 1920 et signa la motion Cachin-Frossard pour le congrès de Tours (décembre 1920). Il comparut devant la 11e Chambre correctionnelle de la Seine pour « menées anarchistes », le 19 novembre 1921, et fut condamné à trois mois de prison et aux dépens. Le Populaire du 20 novembre 1921 affirmait qu’il s’agissait d’un « jugement scandaleux ». La police indiquait qu’il avait parlé au meeting communiste du Pré-Saint-Gervais en faveur d’André Marty, le 29 juillet 1922 ; le compte rendu de l’Humanité ne mentionna pas son intervention.

Gabriel Baptiste fonda en 1921 l’organisation des Pupilles communistes qui se fixait pour but d’assurer « l’éducation communiste en régime bourgeois ». Les premiers groupes se formèrent dans les IIIe, IVe et XIIe arrondissements, au Pré-Saint-Gervais, à Boulogne, à Vanves, à Villemomble et à Alfortville. Il assurait le secrétariat du Comité d’entente provisoire ayant pour mission d’aider au recrutement des pupilles et d’établir un programme d’étude et d’éducation sociale. Le 24 juin 1921, une première assemblée générale, réunie sous la présidence de Marie Rycher, regroupa des délégués d’une soixantaine de sections communistes. En juillet 1922 le Comité d’entente provisoire comptait vingt groupes et un millier d’enfants. En 1922 également, Baptiste était membre de la commission de propagande élu en mars par le conseil fédéral de la Seine. Cette commission contrôlait l’école du propagandiste (voir Ker) et comprenait : Baptiste, Bayer, Chasseigne, Conrad, Favier, Lafond, Métayer, Piétri, Pioch, Reymond, Rochefeuil, Soutif.

Baptiste était secrétaire de la section communiste du XIIe arrondissement en 1924. L’Humanité du 19 janvier 1924 appelait à verser des sommes pour les « affamés d’Allemagne » à E. Baptiste, au siège du Parti, 120 rue Lafayette.

Son fils Baptiste Lucien, employé de bureau, né en novembre 1902, était secrétaire du groupe des Jeunesses communistes du XIIe arr.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article97847, notice BAPTISTE Gabriel, Eugène par J. Gaumont, Jean Maitron et Claude Pennetier, version mise en ligne le 3 novembre 2010, dernière modification le 3 novembre 2010.

Par J. Gaumont, Jean Maitron et Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Nat. F7/13091, F7/13165. — Arch. PPo. 50, 22 juillet 1922. — L’Humanité. — Danielle Tartakowsky, Écoles et éditions communistes, op. cit., p. 32. — Jacques Varin, Jeunes comme JC, op. cit., p. 75. — Renseignements fournis par Jacques Girault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément