ALBINET Maurice

Par Jean Sagnes

Né le 20 octobre 1888 à Camplong (Hérault), mort le 10 juin 1976 à Camplong ; ouvrier mineur ; syndicaliste ; militant socialiste puis communiste.

Fils de mineur et mineur de fond du bassin houiller de Graissessac (Hérault), Maurice Albinet adhéra au Parti socialiste SFIO en octobre 1911, à son retour du service militaire. Mobilisé dès la déclaration de guerre, le 2 août 1914, il demeura durant trois années au front. En 1915, il obtint la croix de guerre avec citation à l’ordre du régiment. Deux ans plus tard, il était mobilisé à la mine.

En 1920, secrétaire de la section socialiste de Camplong, Maurice Albinet adhérait à la IIIe Internationale et participait, en décembre de la même année, au congrès de Montpellier où les socialistes de l’Hérault définirent leur position à la veille du congrès national de Tours. Maurice Albinet fut alors un des premiers militants communistes dans le bassin minier avec Auguste Savy* et Alphonse Séguy* — voir ces noms. Mais les organisations communistes demeurèrent faibles dans cette région de l’Hérault jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale.

En 1921, Maurice Albinet fut un des fondateurs du syndicat des ouvriers mineurs du bassin de Graissessac dont il devint le secrétaire. Après la scission syndicale, effective en 1922, il dirigea le syndicat unitaire. Le 4 septembre 1927, il fut élu délégué mineur du secteur rive gauche du bassin de Graissessac et réélu par la suite contre le candidat confédéré. Il dirigea en 1933 une importante grève d’un mois qui fut un succès. En septembre 1935, Maurice Albinet fut délégué au congrès national de la CGTU à Issy-les-Moulineaux. Après la réunification syndicale, il devint secrétaire adjoint du syndicat des mineurs CGT du bassin de Graissessac et fut délégué en 1938 au congrès de la Fédération CGT du sous-sol.

Lors de la déclaration de guerre de 1939, Maurice Albinet fut mis en résidence surveillée en tant que communiste. En mars 1941, à la suite d’une grave maladie, il dut faire un séjour de près de trois ans à Vernet-les-Bains (Pyrénées-Orientales). À son retour à Camplong, il entra en contact avec le maquis FTP de la commune proche d’Avène. Il était alors également président de la coopérative ouvrière de consommation qui ravitaillait le maquis. En août 1944, Maurice Albinet fut élu président du Comité de Libération de Camplong et en 1945 il devenait maire de la commune, constamment réélu depuis. Il devait demeurer à ce poste pendant trente et un ans, jusqu’à sa mort.

Depuis 1939, la maladie l’avait contraint à abandonner le travail de mineur et de 1939 à 1944, date de sa retraite effective, il reçut une pension temporaire.
Lors de la grande grève des mineurs du dernier trimestre de 1948, Maurice Albinet et la municipalité de Camplong firent front contre la répression, les CRS occupant le bassin houiller. À la suite d’un affrontement entre ouvriers grévistes et CRS, à Graissessac, Maurice Albinet fut blessé, arrêté, et passa huit jours en prison.

De 1945 à 1950, il fut membre du conseil national de la Fédération des mineurs CGT. Maurice Albinet joua également un rôle dans le développement des sociétés de secours mutuels et l’établissement de la Sécurité sociale minière.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article9810, notice ALBINET Maurice par Jean Sagnes, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 27 mars 2017.

Par Jean Sagnes

SOURCES : Arch. Dép. Hérault, 9 M 385. — Le Travailleur du Languedoc, 1930 et juillet 1976. — Interview de Maurice Albinet le 25 juillet 1973. — Biographie reprise intégralement dans Des militants CGT en Résistance. Hérault 1939-1945, Institut d’histoire sociale CGT 34 "Marcel Caille", 2015.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément