ALBY Fernand, Pierre

Par Claude Pennetier

Né le 10 mars 1904 à Biarritz (Basses-Pyrénées, Pyrénées-Atlantiques), mort le 14 avril 1986 à Biarritz ; militant communiste ; maire du XIIIe arr. (1946-1950).

Fils d’un « laboureur » et d’une couturière, Fernand Alby vécut en région parisienne et se maria à Bagnolet (Seine) en avril 1926. Dirigeant communiste du XIIIe arr. de Paris en 1939, il fut arrêté à son travail le 29 janvier 1940. Il fut condamné le 30 avril 1940 à quatre ans de prison, 100 francs d’amende et cinq ans d’interdiction des droits civiques et politiques par le troisième tribunal militaire de Paris. Furent condamnés avec lui Raoul Marchesseau, Gabriel Bosquet, Pierre Dumont, Lucien Soufflet pour détention en vue de leur distribution et de leur mise en circulation d’imprimés et d’écrits tendant à propager les mots d’ordre de la IIIé Internationale.
Il fut déporté le 16 avril 1943 dans un convoi parti de Compiègne pour Mauthausen. Transféré au camp d’Auschwitz, il revint à Mauthausen d’où il fut libéré le 5 mai 1945. Il assura les fonctions de maire communiste du XIIIe du 30 janvier 1946 au 6 novembre 1950. Fernand Alby fut révoqué, avec trente-trois maires et adjoints communistes de Paris, le 7 novembre 1950 : « la population a appris avec stupeur et indignation le coup de force perpétré par le gouvernement Pleven-Queille et le préfet Haag. Nous avons été révoqués par décret, sans avertissement et sans aucun motif. Nous avons été révoqués parce que, désignés par les comités locaux de la Libération, nous sommes tous issus de la Résistance. »
Il prit sa retraite à Biarritz où il se remaria en septembre 1973 et où il mourut en 1986.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article9822, notice ALBY Fernand, Pierre par Claude Pennetier, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 31 janvier 2009.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Le XIIIe arrondissement de Paris du Front populaire à la Libération, les Éditeurs français réunis, 1977, p. 81, 233, 234. — L’Humanité, 10 novembre 1950. — Archives de la justice militaire au Blanc — La Fondation pour la Mémoire de la Déportation, Le Livre Mémorial..., op. cit. — Notes de Jean-Pierre Besse. — État civil de Biarritz.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément