BASILE Jean

Par Mauricette Laprie, Claude Pennetier

Né le 12 décembre 1902 au Bouscat (Gironde), mort le 1er juillet 1984 à Langon (Gironde) ; électricien bobineur ; syndicaliste CGT ; communiste.

Fils de Claude Louis Basile, employé de commerce de Marie Madeline Lamaison, sans profession, Jean Basile se maria le 1er septembre 1928 à Saint-Maixant (Gironde) avec Marie Lucmaret née le 23 février 1906 à Saint-Maixant.
Employé dans un garage de Bordeaux en 1920, il était membre de la cellule des Chartrons, dont il sera d’abord le secrétaire-adjoint en juillet 1928, puis le secrétaire de 1929 à 1931. En février 1930, cette cellule comptait une trentaine d’adhérents, elle tirait un journal ronéoté La Mise en boîte. Jean Basile fut candidat sur la liste du Parti communiste aux élections municipales du 5 mai 1929. Elu membre du comité régional pour l’année 1930 lors de la conférence des 15 et 16 février, secrétaire de la commission d’épuration de la cellule des Chartrons en 1931, il participera comme délégué de la cellule du Centre à la Conférence régionale du Parti communiste le 15 avril 1934.
Classé individu dangereux au point de vue national le 25 avril 1940 par le Préfet de la Gironde « Beau-frère de LERAY, évadé de Mérignac, chef d’atelier électricité auto », arrêté le 3 mai 1940, il sera interné au centre de séjour surveillé du château du Sablou à Fanlac (Dordogne), transféré au camp de St Paul d’Eyjeaux (Haute-Vienne), libéré le 13 décembre 1941. Astreint à résidence forcée le 29 décembre 1941, il se retirera à Pau (Pyrénées Atlantiques), puis partira à Sarrazac (Dordogne) le 14 avril 1942 muni d’une autorisation de séjour délivré par le Préfet de la Dordogne.
Secrétaire du syndicat de l’automobile, membre de la Commission exécutive du syndicat CGT des métaux de la Bordeaux depuis 1939, il sera élu au bureau de l’union syndicale des ouvriers de la métallurgie en 1945.
Membre du Comité fédéral du Parti communiste français et du bureau fédéral en 1945, conseiller municipal de 1945 à 1965, il occupera le poste d’adjoint chargé des fêtes de quartier et de la police des marchés, au maire de Bordeaux Fernand Audeguil de 1945 à 1947.
Il sera candidat communiste aux élections législatives du 23 novembre 1958 pour la 1ère circonscription de la Gironde (1er, 2e canton de Bordeaux, Le Bouscat et Caudéran), sa profession de foi le décrira ainsi « électricien, administrateur de l’Office municipal d’HLM de Bordeaux, organisateur de la Résistance en Dordogne, ancien adjoint au maire de Bordeaux… remplaçant éventuel François Rivière, ajusteur. »
Ses obsèques civiles ont eu lieu au cimetière de Saint-Maixant (Gironde), dans l’intimité familiale, le 3 juillet 1984.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article98353, notice BASILE Jean par Mauricette Laprie, Claude Pennetier, version mise en ligne le 3 novembre 2010, dernière modification le 3 juin 2021.

Par Mauricette Laprie, Claude Pennetier

SOURCES : RGASPI, Moscou, 495 270 4444, 1937. — Arch. Nat. F7/12989, F7/13116, F7/13121. — Arch. Dép. Dordogne 1 W 1837. — Arch. Dép. Gironde 1 M 529, 530, 531, 532, 533, 534, 536, 563, W SC397, W SC 422. — Arch. Dép. Haute-Vienne 1517 W 15. — État civil du Bouscat (Gironde). — Sud-Ouest, 6 juillet 1984. — Aperçus d’histoire sociale en Aquitaine, revue de l’IHS CGT régional d’Aquitaine, 2e trimestre 2003, « Les militants syndicaux girondins », texte et documentation de Guy Joubert. — Notes Gilles Pichavant.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément