ALESSANDRIA Franck, Serge, Joseph

Par Jacques Girault, Pierre Gros, Julien Veyret

Né le 19 avril 1926 à Reims (Marne), mort le 20 avril 2012 à Cabestany (Pyrénées-Orientales) ; professeur puis chef d’établissement ; militant syndicaliste du SNET.

Fils d’un artisan monteur en chauffage central et plombier, originaire d’Italie (Piémont), arrivé en France avec son épouse en 1920, Franck Alessandria fut élevé dans la religion catholique. Il s’en détacha par la suite et devint agnostique. Son père, naturalisé en 1930, admirateur de Briand et de ses idées européennes, fut mobilisé comme affecté spécial aux aciéries de la Marine à Saint-Chamond (Loire).

Franck Alessandria vécut avec sa famille à partir de 1941 à Perpignan (Pyrénées-Orientales). Après avoir obtenu le certificat d’études primaires, boursier, il fréquenta les écoles pratiques de commerce et d’industrie de Reims (1938-1939), de Saint-Chamond (Loire, 1939-1941) puis l’école primaire supérieure de Perpignan (1941-1943). Il obtint le brevet supérieur et fut reçu au concours d’entrée au centre de formation professionnelle (École normale) en 1943. Élève-maître au collège de Perpignan, il obtint le baccalauréat (mathématiques élémentaires) en 1945. Après avoir suivi le stage de formation pédagogique à l’École normale d’instituteurs de Foix (Ariège), il prépara le concours de l’École normale supérieure au lycée de garçons de Toulouse (Haute-Garonne). Il fut reçu à l’École normale supérieure de l’enseignement technique (1947-1949, section F, lettres-langues). Il avait déjà obtenu de certificat de la licence d’anglais à la Faculté des lettres de Toulouse (1947) complétés par un troisième (Paris, 1948) et un diplôme d’études supérieures (Paris, 1950).

Franck Alessandria se maria en juillet 1947 à Ille-sur-Têt (Pyrénées-Orientales) avec une institutrice. Ils eurent des jumeaux de sexe masculin en 1951.

Après un séjour d’un an en Grande-Bretagne, Franck Alessandria fut nommé professeur d’anglais à l’école nationale professionnelle d’Armentières (Nord) en 1949 où il enseigna notamment en classe de préparation aux Arts et Métiers et dans des cours de promotion sociale organisés par son établissement. Il obtint un diplôme d’études supérieures à la faculté de Lille (1950). Nommé professeur au collège technique de garçons de Narbonne (Aude) en 1956, puis au lycée technique Dhuoda de garçons à Nîmes (Gard) en 1959, il devint principal du nouveau collège d’enseignement secondaire Condorcet en 1967 avant d’obtenir la direction du collège Pierre Moréto à Thuir (Pyrénées-Orientales) en 1970 où il resta jusqu’à sa retraite en 1983.

Partisan d’une Fédération de l’Éducation nationale autonome et unitaire, Alessandria participa à la vie du Syndicat national de l’enseignement technique à Armentières, animée localement par Bernard Roulet, où il créa et anima aussi le comité local d’action laïque tout en étant le secrétaire du S1 (1953-1955). Il fut le secrétaire des S1 à Narbonne (1956-1959) puis à Nîmes (1960-1967). Secrétaire régional adjoint pour l’académie de Montpellier du Syndicat national de l’enseignement technique (1956-1961), puis secrétaire régional (1961-1963), il signa tous les appels à voter pour la liste « autonome » aux élections de la commission administrative du SNET. Il présida le congrès académique extraordinaire de fusion SNET-SNES en juin 1966 Il participa aussi aux conseils d’administration de la section de la FEN dans l’Aude (1957-1959) et du Gard (1960-1967). Toujours ardent défenseur de l’école laïque, il s’efforça dans ces organisations dominées par les militants du Syndicat national des instituteurs, de défendre l’enseignement technique.

Devenu chef d’établissement, Alessandria continua à militer dans les syndicats de la FEN (SNPDES puis SNPDEN) mais sans exercer de responsabilités. Il cessa d’appartenir au syndicat en 1998.

Politiquement, Alessandria, sympathisant socialiste, se montra partisan de Pierre Mendès France tout en refusant tout engagement politique.


Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article9836, notice ALESSANDRIA Franck, Serge, Joseph par Jacques Girault, Pierre Gros, Julien Veyret, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 13 octobre 2021.

Par Jacques Girault, Pierre Gros, Julien Veyret

SOURCES : Le Travailleur de l’enseignement technique. — Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément