ALIÈS Jacques, Jean-Pierre

Par André Balent

Né le 21 avril 1889 à Canohès (Pyrénées-Orientales), mort le 23 mars 1956 à Perpignan (Pyrénées-Orientales) ; employé du gaz à Perpignan ; militant syndicaliste CGT ; militant socialiste et syndicaliste ; résistant (Combat, NAP).

Fils d’un cultivateur, Jacques Aliès était employé du gaz à Perpignan (Pyrénées-Orientales). Il militait dans les rangs du Parti socialiste SFIO et de la CGT.
Aux élections municipales des 5 et 12 mai 1929, il fut candidat à Perpignan sur la liste socialiste SFIO conduite par Jean Payra. Au premier tour, il obtint 3 116 voix ; au second tour, Jean Payra fut seul élu de la liste socialiste. Jacques Aliès fut à nouveau candidat aux élections municipales du 5 mai 1935 à Perpignan sur la liste intitulée "liste socialiste Payra" qui fut élue au second tour ; toutefois cette liste fut modifiée entre le premier et le second tour de scrutin pour faire place à quatre radicaux autonomes ; Jacques Aliès ne fut pas candidat au second tour. Il fut candidat aux élections municipales complémentaires de Perpignan de juin 1937 ; au premier tour de scrutin il obtint 1 783 voix ; avec son colistier socialiste SFIO, Jacques Aliès se désista en faveur des candidats du Parti communiste, Michel Athiel et Fernand Gély. Pendant la crise qui secoua la Fédération socialiste SFIO des Pyrénées-Orientales entre 1935 et 1937, Jacques Aliès soutint Jean Payra.
Militant syndicaliste, Jacques Aliès était, en 1936, membre du « conseil syndical du gaz » (CGT). Il était également administrateur des Hospices civils. Durant la Seconde Guerre mondiale, il milita au sein de la Fédération « légale » de l’Éclairage. Résistant, il adhéra au mouvement Combat (Voir Py Mathieu). D’après ce dernier militant, lorsque, en 1942, le mouvement commença à organiser le NAP (Noyautage des administrations publiques), Aliès en devint le responsable pour la Compagnie du Gaz de Perpignan. Il fut également chargé de l’Action ouvrière du mouvement pour tout le département.
Jacques Aliès se maria le 29 mars 1913 à Corneilla (Pyrénées-Orientales) avec Jeanne Vilar, puis le 30 mars 1932 à Bompas (Pyrénées-Orientales) avec Thérèse, Marie, Rosine Bocassin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article9858, notice ALIÈS Jacques, Jean-Pierre par André Balent, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 13 septembre 2018.

Par André Balent

SOURCES : — Arch. privées André Balent, Mathieu Georges Py, Mémoire d’un des co-fondateurs de la Résistance en Roussillon (mouvement Combat), tapuscrit, s. d. [1992], 31 p. [p. 9]. — Le Cri Catalan, hebdomadaire (officieux) de la Fédération socialiste SFIO des Pyrénées-Orientales, 11 mai 1929. — Le Travailleur Catalan, hebdomadaire de la Région catalane du Parti communiste, 15 août 1936, 26 juin 1937. — Horace Chauvet, La Politique roussillonnaise (de 1870 à nos jours), Perpignan, 1934. — Renseignements communiqués par M. Parent, chef de service aux archives municipales de Perpignan. — Notes de Nathalie Viet-Depaule et Michèle Rault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément