BEAUCHET Lucien, Auguste, Alexandre

Par Claude Pennetier

Né le 28 août 1903 à Nevers (Nièvre) ; contrôleur descontributions indirectes ; militant communiste du Cher.

Fils de Louis, Lucien Beauchet et de Marguerite Deloir, Lucien Beauchet était marié avec Louise, Fernande Léger. Le couple avait trois enfants de 16, 10 et 5 ans en 1941. Il entra dans l’administration des contributions indirectes en 1924.
Lucien Beauchet fut membre des Jeunesses communistes de Vierzon (Cher), de 1922 à 1925. En 1932, vérificateur des contributions directes de Vierzon-Ville, il était soupçonné par l’administration et la police d’être un fonctionnaire communiste (20 M 46). Il fit un rapport sur la diffusion de la presse et de la littérature, au congrès communiste régional des 6 et 7 février 1937. Lucien Beauchet fut candidat au conseil d’arrondissement aux Aix-d’Angillon en 1937 ; il se disait alors rédacteur à L’Émancipateur, hebdomadaire communiste de la région du Centre. Le numéro du 20 février 1937 le présentait comme le secrétaire départemental adjoint du Parti communiste. La même année, il était dirigeant du syndicat CGT des fonctionnaires de Bourges et secrétaire du syndicat départemental des contributions indirectes. Il habitait à Bourges 13 rue Albert Hervet.
La police affirmait qu’avant guerre ce contrôleur principal adjoint des contributions indirectes était membre du bureau régional de la Région centre du Parti communiste, responsable de la rédaction du journal l’Émancipateur dans lequel il écrivait sous la nom, d’Alex, et principal animateur du mouvement Paix-et-Liberté. Elle le décrivait ainsi : "Taille 1 m 65, cheveux châtain foncé, sourcils châtain foncé, front découvert, yeux marrons, nez épaté et assez gros, bouche grande, menton rond, barbe rasée, teint mat, visage ovale, corpulence moyenne, a la vue assez faible, porte des lunettes". Elle ajoutait que depuis la dissolution du Parti communiste, il n’a fait preuve d’aucune activité politique. Il a disparu de Bourges en juin 1941 mais a été arr^té à Paris sous l’inculpation d’infraction à la loi du 27 octobre 1940 et de détention d’une carte d’identité au nom de André Riquet.
Sa femme et ses enfants s’étaient retirés à Cosne (Nièvre).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article98681, notice BEAUCHET Lucien, Auguste, Alexandre par Claude Pennetier, version mise en ligne le 3 novembre 2010, dernière modification le 11 avril 2016.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Dép. Cher, 20 M, 22 M, 25 M. — L’Émancipateur, 1922-1937. — Travail, 1938.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément