BEDOUCE Albert

Par Justinien Raymond et Madeleine Rebérioux

Né le 8 janvier 1869 à Toulouse (Haute-Garonne), mort le 4 août 1947 à Paris ; employé ; maire socialiste de Toulouse ; député de la Haute-Garonne ; ministre.

Enfant naturel, Bedouce s’appelait en réalité Bedouch ; sa mère, Anne Bedouch, était originaire de Béaumont (Tarn-et-Garonne). Il fréquenta l’école primaire jusqu’à l’âge de douze ans, puis entra dans une banque d’où il sortit à dix-huit ans, pour être voyageur de commerce en papeterie et, enfin, employé chez un marchand de vins. Il dut l’essentiel de sa culture à la lecture assidue des volumes de la « Bibliothèque nationale » à 25 centimes.

Dès l’âge de vingt ans, Bedouce s’intéressa à la vie politique. Il fonda en 1889 le groupe de la Jeunesse antiplébiscitaire. Entre 1891 et 1893, il adhéra au POF auquel il ne tarda pas à donner une allure assez particulière. Il en devint en effet un propagandiste actif, donnant des conférences et réunions publiques, participant à des controverses, déchaînant l’hostilité des camelots du Roy dont il fut un jour la victime ; en même temps, depuis 1889, il suivait assidûment les cours publics de Jaurès alors professeur à la Faculté des lettres de Toulouse et en pleine mutation socialiste. C’est Bedouce qui, en mars 1892, à l’issue d’une conférence de Guesde, organisa la rencontre, la première, entre ce dernier et Jaurès, dans le vieil hôtel d’Espagne, rue Peyrolières. L’élection de Bedouce au conseil municipal de Toulouse, en novembre 1986, attesta la place qu’il commençait à occuper dans la politique locale. Battu en 1900, il collabora en 1901 au Peuple (de Toulouse). Il appartenait alors à la Fédération régionale du Sud-Ouest du POF fondée à l’instigation du groupe toulousain le 1er octobre 1899. Au premier congrès général des organisations socialistes françaises à Paris, salle Japy (décembre 1899), Bedouce avait représenté l’agglomération de Toulouse (Centre) du POF. Il y déclara que dans les régions et les milieux réfractaires au socialisme, les militants désiraient plus impérieusement qu’ailleurs « l’unité morale et organique du parti » (c. rendu du congrès de Japy, p. 366). Il dit son inquiétude de voir les attaques frontales de jadis des gouvernements bourgeois contre le Parti socialiste faire place aux manœuvres enveloppantes. N’a-t-on pas cherché, s’écria-t-il, « après la faillite du Parti radical et du Parti radical-socialiste, à créer entre les masses révolutionnaires et la classe capitaliste un nouveau parti tampon qui aurait été un socialisme de gouvernement ! » (Ibid, p. 367-368). Dreyfusard comme Jaurès, il était par contre vivement hostile au ministérialisme, mais son hostilité ne prit quasi jamais la forme d’attaques personnelles contre Jaurès. Il dira plus tard, le 27 avril 1907, sa joie de « siéger entre Guesde et Jaurès, c’est-à-dire dans la partie la plus ferme du Parti socialiste » (La Cité).

Aux approches des élections municipales de 1904, les six organisations socialistes de Toulouse se groupèrent — ce n’était pas la première fois — en une Concentration socialiste dirigée par un comité composé à raison de quatre délégués par groupe : Bedouce en fut membre au titre du POF, puis du PS de France ; dès avant le congrès d’Amsterdam, l’unité était en bonne voie à Toulouse ; en 1905, la Concentration socialiste deviendra la section socialiste SFIO. Les trente-six candidats de la Concentration recueillirent une moyenne de 5 765 voix aux élections municipales de 1904 et furent battus. Bedouce était l’un d’eux. En septembre 1905, une élection complémentaire eut lieu pour pourvoir à trois sièges, un conseiller décédé, deux invalidés. Les trois candidats socialistes furent élus, Bedouce en tête avec 11 777 voix. Un mois plus tard, Bedouce devenait rédacteur en chef de l’hebdomadaire socialiste, La Cité. Après dissolution du conseil municipal, Bedouce conduisit à un succès total la liste socialiste, le 11 février 1906, et il devint le premier maire socialiste de Toulouse. Le 28 septembre, ayant été élu député, il céda son écharpe à son camarade Jean Rieux. En 1908, il fut battu avec la grande majorité de la liste socialiste. À la fin de cette année-là, il donna une arme au socialisme toulousain en fondant le quotidien Le Midi socialiste dont il fut le codirecteur en compagnie de G. Ellen-Prévot. En 1912, Bedouce fut réélu conseiller municipal par 17 878 voix et devint adjoint au maire socialiste Jean Rieux. Le 30 novembre 1919, second sur la liste socialiste menée par ce dernier, Bedouce n’obtint que 13 042 suffrages et fut battu avec tous ses camarades.

Cette année marqua aussi, le 16 novembre, la seule interruption d’un long mandat parlementaire. En 1902, Bedouce recueillit 1 441 voix dans la première circonscription de Toulouse. En 1906, il s’y éleva à 6 611 contre 5 738 au conservateur Deffès et 5 129 au radical Bouglé dont le désistement assura le succès socialiste au second tour du scrutin. En 1910 et en 1914, Bedouce groupa, au premier tour, 6 828 et 7 737 électeurs et l’emporta au scrutin de ballottage. Il ne passa pas inaperçu au sein du groupe socialiste dont il fut à plusieurs reprises le porte-parole. En 1908, il prit en particulier une part active à l’élaboration du projet de loi concernant l’impôt sur le revenu et il dénonça la scandaleuse insuffisance de la protection des travailleurs dans les colonies. Le 20 juin 1914, peu après la constitution du cabinet Viviani, il demanda que la France, à l’exemple de l’Allemagne, fasse payer les dépenses militaires par les catégories aisées. Il était étroitement mêlé à la vie intérieure du Parti socialiste ; il représenta sa Fédération de Haute-Garonne aux congrès nationaux de Limoges (1906), Toulouse (1908), Saint-Étienne (1909), Nîmes (février 1910), Saint-Quentin (1911), Lyon (1912) et Amiens (1914). Il figurait toujours au premier rang des grandes manifestations du socialisme toulousain. Le 8 août 1911, salle Bonrepos, il parla avec le leader socialiste espagnol Pablo Iglesias contre l’aventure marocaine. Le 8 avril 1912, salle du Conservatoire, il discourut contre le tsarisme en compagnie de Bieloussof du Parti ouvrier social-démocrate de Russie. Le 23 mars 1913, après avoir pris la tête d’une manifestation de rue, il parla contre la loi de trois ans dans la halle de la place Dupuy sous la présidence de Ferroul. Il conservait sa verve et sa gaieté (Bourniquel, La Cité, 1er mars 1906), sa simplicité aussi : au punch offert le 30 mai 1906 au moment de son élection à Toulouse I, il avait dit : « Je suis heureux de constater sur mon passage, dans les rues de Toulouse, la surprise des braves gens qui s’imaginaient que, pour faire un maire, il fallait être un grand pontife en redingote ou en uniforme » (La Cité, 31 mai 1906). Il était resté le même.

Pendant la guerre de 1914-1918, dans la majorité « jusqu’auboutiste », puis dans la minorité du Parti socialiste, Bedouce soutint la politique de défense nationale comme la plupart des militants de tradition guesdiste. En 1919, il fut battu aux élections législatives, avec tous les candidats socialistes à l’exception de Vincent Auriol. Mais avec le même scrutin de liste, il fut élu en 1924 avec 43 796 voix sur 111 018 votants. Il se prononça alors dans un éditorial du Midi socialiste pour la participation ministérielle avec les radicaux (18 mai 1924). En 1928, il retrouva la première circonscription de Toulouse, bénéficia du désistement d’un socialiste français et fut élu au second tour de scrutin par 10 047 voix contre 9 659 au candidat radical qui le devançait de sept voix au premier tour. Les électeurs communistes avaient assuré le succès de Bedouce. Il triompha plus aisément encore en 1932 du même adversaire principal, au scrutin de ballottage par 13 104 voix sur 28 276 inscrits contre 5 542 au candidat radical Milhaud. En 1936, il l’emporta au premier tour par 12 434 suffrages sur 30 468 inscrits et 24 226 votants.

Dans le ministère du Front populaire présidé par Léon Blum, formé le 5 juin 1936 et qui devait tomber devant l’hostilité du Sénat le 21 juin 1937, Albert Bedouce était ministre des Travaux publics. En 1938, lord de la réélection d’Albert Lebrun à la présidence de la République par l’Assemblée nationale réunie à Versailles, les députés et sénateurs, manifestèrent leur opposition en se comptant sur le nom de Bedouce. Le 10 juillet 1940, devant l’Assemblée nationale de Vichy, il se prononça pour la délégation des pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Pour cet acte le congrès extraordinaire de Paris (9-12 décembre 1944) qui, au sortir de la vie clandestine, reconstitua le Parti socialiste, en écarta Albert Bedouce. Ce dernier ne reprit aucune activité politique au lendemain de la Libération à laquelle il ne devait pas survivre longtemps.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article98853, notice BEDOUCE Albert par Justinien Raymond et Madeleine Rebérioux, version mise en ligne le 3 novembre 2010, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Justinien Raymond et Madeleine Rebérioux

ŒUVRE : Outre les journaux cités dans la biographie, Bedouce collabora de loin en loin au Populaire, organe du Parti socialiste SFIO, au Socialisme et, en janvier 1914, à Socialisme et Lutte de classe.POF. Le Pain cher. Rapport présenté au nom d’une commission spéciale, le 9 novembre 1897, au conseil municipal de Toulouse, par le citoyen Bedouce, Toulouse, in-16, 1897 (Bibl. Nat. Lk 18/3 221).

SOURCES : Arch. Nat. F7/12 499. — Arch. Ass. Nat., dossier biographique. — Arch. Dép. Haute-Garonne, 4 M 112 et 114. — Compte rendu sténographique du congrès de Paris, salle Japy (décembre 1899). — Comptes rendus sténographiques des congrès du Parti socialiste SFIO. — Hubert-Rouger, La France socialiste, op. cit., p. 337, 338 et Les Fédérations socialistes, t. II, op. cit., p. 78 à 110. — Louis Lévy, Comment ils sont devenus socialistes, Paris, 1931, p. 119-126. — Dictionnaire des Parlementaires sous la direction de Jean Jolly, t. II. — La Cité, 30 septembre 1906. — Cl. Willard, Les Guesdistes, op. cit., p. 605.

ICONOGRAPHIE : Hubert-Rouger, La France socialiste, op. cit., p. 337.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément