BINET Georges [BINET Jean, Antoine, Georges]

Par Didier Bigorgne

Né le 10 novembre 1883 à Signy-le-Petit (Ardennes), mort le 15 juin 1983 à Charleville-Mézières (Ardennes) ; employé, puis chef de groupe ; maire adjoint socialiste SFIO de Charleville (1925 à 1935 ) ; secrétaire de la Fédération de élus cantonaux et municipaux socialistes des Ardennes( 1927-1933) ; administrateur du Réveil ardennais ( 1944-1949).

Fils de Claude Ernest Binet, employé des chemins de fer, et de Céline Soibinet, sans profession, Georges Binet était employé à la Compagnie des chemins de fer de l’Est. En 1925, il était chef de groupe à l’Inspection générale et délégué du personnel. A son départ à la retraite en 1945, il occupait un poste de chef de groupe à la SNCF.

Georges Binet militait au Parti socialiste SFIO. Aux élections municipales des 3 et 10 mai 1925, il fut élu sur la liste du cartel des gauches qui remporta la victoire à Charleville ; il devint alors quatrième adjoint au maire socialiste Charles Boutet. Réélu dans les mêmes conditions le 5 mai 1929, il exerça la fonction de deuxième adjoint jusqu’au 5 mai 1935. Georges Binet fut désigné secrétaire de la Fédération des élus cantonaux et municipaux socialistes des Ardennes à sa création le 9 janvier 1927 ; il conserva cette responabilité jusqu’en 1933. Aux élections législatives des 22 et 29 avril 1928, il représenta son parti dans la circonscription de Rethel : il échoua au premier tour en recueillant 1653 voix sur 11624 inscrits et 10175 votants.

Georges Binet participa à la vie interne de la Fédération socialiste SFIO des Ardennes. Il siégea à la commission de contrôle de 1925 à 1926, puis à la commission des conflits de 1929 à 1934. Lors du congrès fédéral du 29 octobre 1933, il demanda de mettre fin à l’hostilité envers les communistes, précisant qu’il s’agissait « d’une hostilité des dirigeants et non pas de la classe ouvrière ». Il critiqua aussi les propos de Jacques Bozzi, délégué à la rédaction du Socialiste ardennais et au Conseil national, qui s’était prononcé pour la retraite des instituteurs à soixante ans ; il déclara qu’accepter une telle proposition au Parti socialiste serait une grave régression. Le 11 novembre 1934, il représenta sa fédération à la réunion du comité antifasciste des Ardennes qui se tint devant six cents personnes à Charleville. A cette date, il était membre de la section locale de la Ligue des droits de l’homme. Georges Binet fut exclu du Parti socialiste SFIO, pour infraction à la discipline, au congrès fédéral du 24 juin 1936. A ce congrès, son épouse qui était membre de la commission exécutive depuis 1934 ne fut pas reconduite dans sa fonction.

A la Libération, Georges Binet travailla à la reconstitution de la Fédération socialiste SFIO des Ardennes. Nommé administrateur du journal fédéral Le Réveil ardennais le 6 octobre 1944 par la commission administrative provisoire, il fut confirmé à ce poste le 5 novembre suivant par la commission exécutive nouvellement élue. Il occupa cette fonction jusqu’en janvier 1949, date à laquelle il démissionna pour des raisons de santé. Il siégea alors à la commission fédérale des conflits de 1950 à 1953, puis de 1957 à 1959.

Veuf et père d’un garçon, Georges Binet épousa, en secondes noces, Sylvie Germaine Georges, sans profession, le 7 mai 1952 à Charleville .Le 26 avril 1953, il fut élu conseiller municipal de Charleville avec huit de ses colistiers ; il conserva son mandat jusqu’au scrutin des 14 et 21 mars 1965 auquel il ne se représenta pas. En juillet 1953, il participa au congrès national du Parti socialiste SFIO qui se tint à Paris. Enfin, il fut le candidat de son parti, malgré ses soixante-dix-huit ans, aux élections des 4 et 11 juin 1961 pour le conseil général dans le canton rural de Novion-Porcien : il échoua au premier tour en recueillant 139 voix sur 3756 inscrits et 2131 votants
.
Doyen de la Fédération socialiste des Ardennes, Georges Binet mourut dans sa centième année à son domicile de Charleville-Mézières.

.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article989, notice BINET Georges [BINET Jean, Antoine, Georges] par Didier Bigorgne, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 2 septembre 2019.

Par Didier Bigorgne

SOURCES : Arch. Dép. Ardennes, 3 M 5, 7, 8 et 9. — Le Socialiste ardennais, 1925 et 1929. — Le Réveil ardennais, 1944 à 1959. — Presse locale. — État civil de Signy-le-Petit et de Charleville-Mézières.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément