ALLIEZ Aimé, Charles, Victor

Par Jacques Girault

Né le 10 janvier 1922 à Saint-Raphaël (Var), mort le 26 avril 1967 à Fréjus (Var) ; instituteur ; secrétaire général adjoint de la section du Var du SNI (Syndicat national des instituteurs) (1954-1959) ; militant socialiste SFIO, conseiller municipal de Fréjus.

Fils de coiffeurs, Aimé Alliez, frère de Julien Alliez, après des études à l’école primaire supérieure de Lorgues (Var), entra l’Ecole normale d’instituteurs de Draguignan en 1940. Marié en septembre 1945 à Lorgues (le couple eut trois enfants), instituteur pendant dix ans à Roquebrune, puis à Saint-Tropez, enfin au cours complémentaire de Fréjus-plage, il devint membre du conseil syndical sur la liste « d’action et d’indépendance syndicale » en janvier 1954. Élu dans sa circonscription avec 31 voix sur 42 suffrages exprimés, il devint secrétaire adjoint chargé de la région de Draguignan qui couvrait tout l’Est du département. Il fut régulièrement réélu en 1956 et en janvier 1958 sur une liste s’intitulant cette année-là « Pour un syndicalisme indépendant, réaliste et constructif » qui se réclamait de la majorité du syndicat.
Toujours secrétaire adjoint, secrétaire de la sous-section de Draguignan-Fréjus-Saint-Tropez, responsable du parrainage des écoles, Alliez fut élu en février 1958 membre de la Commission administrative paritaire départementale, de la commission paritaire centrale et du Comité technique paritaire. Réélu en 1960 au conseil syndical, il en démissionna en décembre 1960 et quitta ses responsabilités dans les organismes paritaires.
À la suite de la catastrophe du barrage de Malpasset à Fréjus, le 2 décembre 1959, un grand mouvement de solidarité fut impulsé en France. Le SNI joua un rôle important, mobilisant des sommes importantes et Alliez reçut « le soin d’agir sur place » tandis que le secrétariat permanent dans L’Ecole libératrice, le 18 décembre 1959, soulignait que son « dévouement au cours des journées tragiques a été magnifique ». La Fédération des pupilles de l’enseignement public fut partie prenante dans l’organisation. Avec les sommes recueillies, sous l’égide de l’Association des pupilles de l’enseignement public du Var présidée par l’Inspecteur d’Académie Mory, fut créée Chantemerle, « Maison d’enfants à caractère sanitaire » de 75 lits, à Seyne-les-Alpes (Basses-Alpes), qui ouvrit en janvier 1961, les premiers élèves n’arrivant qu’en mai 1961. Alliez fut désigné comme directeur en raison de ses compétences mais aussi en raison du rôle particulier qu’il avait joué dans l’organisation de la solidarité dans le Var. Durant l’été 1960, il effectua des stages pratiques pour se former aux questions d’économat au centre de vacances du Logis du Pin dans le Haut-Var. En outre, après un stage d’enseignant spécialisé à Suresnes (octobre 1960-mai 1961), il obtint le CAPEA, option École de Plein Air. Cet établissement scolaire varois dans un département voisin eut, au-delà de l’accueil des jeunes Fréjussiens, la mission d’accueillir les jeunes écoliers en difficulté sanitaire. S’ajoutèrent par la suite des classes de neige et des classes vertes. Alliez en conserva la direction jusqu’à son décès.
Membre du Parti socialiste SFIO, Alliez, professeur au cours complémentaire, candidat aux élections municipales de Fréjus les 8 et 15 mars 1959 sur la liste « républicaine de défense des intérêts locaux » conduite par Henri Giraud*, obtint 2 075 voix sur 6 710 inscrits et 4 596 suffrages exprimés. La liste eut onze élus dont Alliez qui siégea alors dans la minorité au conseil municipal. Membre des commissions d’administration générale, des finances, de l’instruction publique, des œuvres scolaires, du tourisme et des fêtes, il fut délégué sénatorial suppléant. À la suite de la démission de neuf conseillers municipaux dont la sienne, le 19 novembre 1960, de nouvelles élections se déroulèrent. La liste identique comprenant Alliez fut battue avec 1 419 voix sur 4 113 suffrages exprimés.
Alliez fut enterré à Lorgues.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article9921, notice ALLIEZ Aimé, Charles, Victor par Jacques Girault, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 23 septembre 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Presse syndicale. — Archives de l’ODEL. - Archives de la ville de Fréjus Renseignements fournis par la veuve de l’intéressé, par Pierre Constans et Marcel Foucou. — Sources orales.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément