ALLIN Jeanne, Renée

Par Jacques Girault

Née le 20 juillet 1907 à Mozé-sur-Louet (Maine-et-Loire), morte le 26 avril 1984 à Bordeaux (Gironde) ; institutrice ; militante syndicaliste SNI ; militante communiste, secrétaire de l’Union des femmes françaises dans le Maine-et-Loire, conseillère municipale de Saumur puis d’Angers.

Fille d’un instituteur d’opinions radicales-socialistes et d’une institutrice devenue communiste, Jeanne Allin entra à l’École normale d’institutrices d’Angers. Institutrice en école maternelle, elle exerçait jusqu’en 1950 à Saumur avant d’être nommée directrice de l’école maternelle de la Blancheraie à Angers.

Adhérente du Parti communiste français depuis juin 1945, membre du bureau de la section de Saumur en 1946-1947, puis du secrétariat, chargée de l’organisation, elle fut élue au comité fédéral du Maine-et-Loire en 1947 puis au bureau de la fédération en 1948-1949. Dans le même temps, elle était secrétaire du groupe de l’Union des femmes françaises de Saumur (1946-1949). Conseillère municipale de Saumur en 1947, elle fut la candidate communiste aux élections cantonales en 1948.

Élue conseillère municipale d’Angers en 1953, membre du bureau de la section communiste d’Angers à partir de 1957, Jeanne Allin ne fut pas représentée au comité fédéral en 1953. Elle avait été peu assidue aux précédentes réunions, et le rapport indiquait que, devenue membre du comité départemental de l’UFF en 1950, puis secrétaire départementale (1950-1953), elle n’avait pas accompli de façon satisfaisante ces tâches.

Jeanne Allin siégeait au conseil syndical de la section départementale du Syndicat national des instituteurs depuis 1952 et au Comité technique paritaire. Elle avait participé à un stage international d’enseignants en Tchécoslovaquie en août 1955 et fut désignée en 1956 comme la responsable départementale de la diffusion de L’École et la Nation. Elle avouait, dans un premier questionnaire biographique rempli en octobre 1955 : « Les seuls résultats que j’aie quelquefois atteints l’ont été dans mon activité syndicale. C’est la seule activité qui me soit possible car elle cadre avec mes responsabilités de directrice d’école maternelle. » Et c’était précisément en raison de son militantisme syndical qu’elle avait retrouvé le comité fédéral en 1956, le bureau fédéral en 1964-1965, responsable de la littérature, avant de redevenir seulement membre du comité fédéral, dans la commission de la propagande, jusqu’en 1968.

Jeanne Allin fut candidate aux élections législatives en janvier 1956 sur la liste communiste en troisième position, en 1958 dans la première circonscription d’Angers comme suppléante du postulant communiste, en 1962 dans la sixième circonscription Angers-Segré où elle obtint 3 750 voix sur 59 278 inscrits (quatrième position), en 1967. Il était indiqué qu’elle représentait le Parti communiste au Comité départemental d’action laïque. Retraitée, elle portait les espoirs du Parti communiste lors d’élections au Conseil général dans les cantons d’Angers Sud-Est (1961), du Lion d’Angers (décembre 1962), d’Angers Nord-Ouest (1964), de Segré (1967, avec 441 voix, quatrième position).

La fédération du Val-de-Marne du PCF signalait qu’elle venait de s’installer à Arcueil en 1973.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article9925, notice ALLIN Jeanne, Renée par Jacques Girault, version mise en ligne le 10 octobre 2008, dernière modification le 23 septembre 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. comité national du Parti communiste français.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément