AMALY Louis, François

Par Louis Botella

Né le 10 octobre 1904 à Uzès (Gard), mort le 21 mars 2000 à Arles (Bouches-du-Rhône) ; cheminot ; syndicaliste CGTU puis CGT ensuite Force ouvrière (FO) des Bouches-du-Rhône.

Fils de Louis Amaly, limonadier, et de Marie Louise Constraint, sans profession, Louis Amaly s’était marié le 17 août 1929 à Nîmes (Gard) avec Blanche Joséphine Clément.

En février 1930, Louis Amaly secrétaire du syndicat unitaire [CGTU] du personnel de la Cie de chemins de fer de la Camargue et de Saint-Gilles du Gard, et la majorité des adhérents de son syndicat adhérèrent à la CGT.

Depuis avril 1930 au moins, Louis Amaly était le secrétaire général du syndicat confédéré [CGT] du personnel des Chemins de fer de la Camargue ; poste qu’il occupait toujours au-delà d’avril 1936. En mars 1939, il fut signalé comme étant secrétaire adjoint de ce syndicat..

En juin 1941 ainsi qu’en avril 1945, il était à nouveau à la tête de son syndicat.

Louis Amaly fut au milieu des années 1960 et jusqu’en novembre 1979, président de la section des retraités du syndicat FO de la Régie des Chemins de fer des Bouches-du-Rhône et de la Compagnie de la Camargue, trésorier de la section nationale des retraités de l’Union FO des Réseaux secondaires et membre du bureau de cette union. Il fit partie de la Section nationale des retraités de la Fédération FO des cheminots et fut membre du conseil national de cette organisation.

En mars 1982, Louis Amaly était toujours le secrétaire de la section des retraités du Réseau des transports des Bouches-du-Rhône, du réseau de la Camargue et du Tramway d’Aix-en-Provence à Marseille et membre du bureau national de l’Union des Réseaux secondaires.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article9983, notice AMALY Louis, François par Louis Botella, version mise en ligne le 26 septembre 2018, dernière modification le 8 octobre 2019.

Par Louis Botella

SOURCES : Arch. mun. Arles, 7 F 4 n° 139, n°140. . — Le Peuple, organe quotidien du syndicalisme,23 février 1930 (BNF-Gallica). — La Tribune des cheminots, organe de la Fédération nationale [CGT] des travailleurs des chemins de fer, 1er avril 1930, 1er juin 1931, 1er mars 1935 (Institut d’histoire sociale de la Fédération CGT des cheminots). — Le Rail syndicaliste, 1966-1976. — Arch. Fédération FO des cheminots. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément