KIENZLER Alphonse, Emile

Par Léon Strauss

Né le 1er avril 1923 à Mulhouse (Haut-Rhin), mort le 26 décembre 1995 à Tourrettes-sur-Loup (Alpes-Maritimes) ; médecin à Mulhouse ; résistant ; déporté ; membre du Parti socialiste SFIO, puis du Parti de la démocratie socialiste, puis de l’UDF ; adjoint au maire de Mulhouse.

Fils d’Emile Kienzler*, Alphonse Kienzler étudia la médecine à l’université de Strasbourg, repliée à Clermont-Ferrand à partir d’octobre 1939. En 1940, il s’évada d’Alsace annexée par la Suisse et Annemasse et reprit ses études à Clermont. Résistant dans le mouvement « Combat » sous le pseudonyme de « Kinou », il fut poursuivi dès 1941 pour participation à une chaîne d’évasion de prisonniers de guerre. Arrêté en septembre 1942 à Montluçon (Allier), où il avait dynamité le bureau de placement allemand, par la police de Vichy, il fut détenu successivement dans les prisons de Montluçon, Clermont-Ferrand et Lyon. Il fut condamné par le Tribunal d’État de Lyon le 23 septembre 1943 à 7 ans de travaux forcés. Incarcéré à la Maison centrale d’Eysses (Lot-et-Garonne) en novembre 1943, otage depuis le 23 février 1944, il fut transféré au camp de Compiègne à la fin du mois de mai. Il quitta Compiègne par le « convoi de la mort » le 2 juillet 1944. Déporté au camp de concentration de Dachau de juillet à septembre 1944, il fut affecté, avec onze autres membres du corps médical, au camp de Stutthof prés de Dantzig. Ce camp fut évacué en janvier 1945. Libéré le 12 mars 1945 à Putzig (Pologne) par l’armée soviétique, il fut rapatrié le 14 juin 1945. Il se maria à Mulhouse en juillet 1946 avec Jacqueline Friedrich dont il divorça. Il se remaria à Mulhouse en décembre 1961 avec Nicole Otter.
Il exerça la médecine à Mulhouse à partir de 1951. Membre du Parti socialiste SFIO, conseiller municipal de Mulhouse, il fut adjoint au maire à partir de 1965. Hostile à l’union de la Gauche, il suivit Émile Muller* lors de la fondation du Parti de la Démocratie socialiste en 1970. Il rompit avec le maire de Mulhouse en 1972 et créa « Mulhouse Demain ». Passé à droite, il fut élu conseiller général du canton de Mulhouse-Est en 1976 et conserva ce siège jusqu’en 1988. A cette date, il abandonna la politique et se retira dans le Midi. Médaille de la Résistance.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article136288, notice KIENZLER Alphonse, Emile par Léon Strauss, version mise en ligne le 21 mars 2011, dernière modification le 2 avril 2011.

Par Léon Strauss

ŒUVRE : (en collaboration avec Paul Weil), À Stutthof. Document sur le service sanitaire d’un camp d’extermination, in : De l’Université aux camps de concentration. Témoignages strasbourgeois, 4e édition, Strasbourg, 1996, p.333-340 — "Étudiants engagés dans la Résistance", in : Bulletin de la Faculté des Lettres de Strasbourg, octobre-novembre 1968, p.26-28 — Souviens-toi du docteur Weil, Strasbourg, 1983.

SOURCES : Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, 21, Strasbourg, 1993, p.1959.— Etat civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément