GILLY André

Par Louis Botella

Né le 20 mai 1929 à Molières-sur-Cèze (Gard), mort le 5 janvier 2022 ; technicien de l’énergie atomique ; syndicaliste Force ouvrière (FO) du Gard, membre de la commission exécutive fédérale de la Fédération FO des Industries chimiques et du Verre ; militant SFIO puis du Parti socialiste ; conseiller municipal de Bagnols-sur-Cèze (Gard) (1977-1989).

De gauche à droite : René Peladan, André Baissac, Jean-Claude Mailly, Joseph Dayre, André Gilly et Raymond Verdier, en 2006.
De gauche à droite : René Peladan, André Baissac, Jean-Claude Mailly, Joseph Dayre, André Gilly et Raymond Verdier, en 2006.
Cliché fourni par René Peladan

André Gilly, fils d’un mineur qui devint par la suite électricien et d’une enseignante suppléante, fit ses études dans le pays cévenol, puis à Nîmes et à Marseille. Après l’obtention du brevet de technicien supérieur, il entra dans le monde du travail en juillet 1949. Après avoir passé deux années en France, il fut, pendant huit ans, chef de chantier puis enseignant au Sénégal.

Il entra au Commissariat à l’énergie atomique (CEA) à Marcoule (Gard) en 1958. Adhérents au syndicat FO du CEA à Marcoule, André Gilly et certains de ses camarades contestèrent la manière de fonctionner de leur syndicat. À la suite de la démission, en 1960 du secrétaire de ce syndicat, André Gilly fut élu à la place d’Alexandre Goubert. Il assuma cette fonction jusqu’en 1969 puis, à nouveau de 1976 à 1977.

Lors des événements de mai-juin 1968, André Gilly fut très actif et son syndicat souhaita poursuivre la grève à la suite des négociations du 4 juin. Mais un referendum organisé dans le centre de Marcoule donna une majorité pour une reprise immédiate du travail.

La pugnacité de FO au sein du CEA lui permit d’acquérir alors une représentativité conséquente tant au niveau de Marcoule qu’au plan national.

Au sein de la Fédération FO des Industries chimiques et du Verre, André Gilly siégea pendant six ans à sa commission exécutive fédérale. Par ailleurs, il fut délégué du personnel, membre du comité d’établissement, administrateur, pendant 29 ans, de la Caisse d’allocations familiales du Gard.

Il figura également pendant plus de dix ans au comité de gestion de la mutuelle SMAPRI, section du CEA et de la caisse de retraites du CEA. Il fut aussi conseiller du salarié au niveau du Gard.

Il prit sa retraite professionnelle en 1989.

Au plan politique, André Gilly fut d’abord membre des Jeunesses socialistes puis il
adhéra à la SFIO ensuite au Parti socialiste. Il fut également membre du bureau de la section du PS de Bagnols-sur-Cèze. Au titre de son parti, il siégea au conseil municipal de Bagnols-sur-Cèze entre 1977 et 1989.

Il fit partie du conseil d’administration du Lycée de Bagnols-sur-Cèze entre 1960 et 1977, au titre de représentant d’une association de parents d’élèves, puis au titre d’une délégation de conseiller municipal.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article142907, notice GILLY André par Louis Botella, version mise en ligne le 8 novembre 2012, dernière modification le 5 janvier 2022.

Par Louis Botella

André Gilly en octobre 2021 (portrait par Yann Perrotte)
De gauche à droite : René Peladan, André Baissac, Jean-Claude Mailly, Joseph Dayre, André Gilly et Raymond Verdier, en 2006.
De gauche à droite : René Peladan, André Baissac, Jean-Claude Mailly, Joseph Dayre, André Gilly et Raymond Verdier, en 2006.
Cliché fourni par René Peladan

SOURCES : Arch. de l’Union départementale FO du Gard. — Compte rendu du congrès confédéral FO de 1966. — Informations transmises en août et septembre 2012 par André Gilly. — Notes de Yann Perrotte.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément