PHILIPP René

Par Françoise Olivier-Utard

Né le 9 mars 1927 à Colmar (Haut-Rhin), mort le 1er novembre 2006 à Mulhouse (Haut-Rhin) ; tisserand ; syndicaliste CGT ; membre du parti communiste du Haut-Rhin ; secrétaire permanent du syndicat du textile du Haut-Rhin à partir de 1956 ; membre du conseil national du textile, secrétaire de l’UD du Haut-Rhin ; administrateur du Foyer de l’ouvrier ; trésorier fédéral du parti communiste de 1957 à 1976.

Son père, René, était manœuvre, sympathisant communiste. Par sa mère, Joséphine Birr, René Philipp fils était cousin de René Birr, cheminot condamné à mort et exécuté à 20 ans par les nazis. Il y avait trois enfants dans la famille Philipp.

René Philipp acheva sa scolarité sous le régime allemand et fut de ce fait germanophone. À dix-sept ans, il fut enrôlé de force dans l’armée allemande, le 6 juin 1944. Il s’en évada, dans les environs de Munich, le 27 avril 1945 et fut fait prisonnier des Alliés le 30 de ce mois. Il fut libéré à Chalon -sur-Saône le 18 juillet 1945. Du 5 décembre 1947 au 4 avril 1948 il fut appelé au service militaire français et servit comme cuirassier.

Après la Libération, il avait été embauché dans l’usine textile Gensburger de Colmar. Il adhéra à la CGT en 1947. Il devint secrétaire du syndicat du textile du Haut-Rhin à Colmar dans les mois qui suivirent. Licencié en 1955, il dut prendre momentanément un emploi au Grand Canal d’Alsace, alors en construction. Toutefois le syndicat put l’embaucher comme permanent du textile dès août 1956, à Colmar d’abord, puis à Mulhouse. Dans cette ville il devint aussi administrateur du Foyer de l’ouvrier, propriété gérée par la CGT. Il fut élu secrétaire de l’UD et membre du Conseil national du textile. En 1958 il préféra renoncer à une école de formation d’un mois du parti communiste afin de pouvoir mener à bien les négociations d’accords dans des entreprises textiles.

Il avait adhéré à l’UJRF en 1948 et entra au parti communiste le 1er janvier 1950, à la cellule Langevin de Colmar. Il entra au bureau fédéral du Haut-Rhin le 23 juin 1957 et y fut réélu jusqu’en 1976 (avec une interruption de 1964 à 1966, où il siégea au comité fédéral). En 1968 il devint trésorier fédéral et, après un départ qu’il avait souhaité, membre de la commission de contrôle financier.Il fut suppléant de Charles Metzger* aux élections législatives de novembre 1958 à Colmar.

Il avait épousé Marie-Louise Wurtz, vendeuse, communiste. Le couple eut deux enfants. Par son mariage, René était devenu beau-frère de François Humann*.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article145642, notice PHILIPP René par Françoise Olivier-Utard, version mise en ligne le 18 mars 2013, dernière modification le 18 mars 2013.

Par Françoise Olivier-Utard

SOURCE : Archives fédérales du Parti communiste du Haut-Rhin.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément