AKOUN André

Par René Gallissot

Né en mai 1929 à Oran, mort à Paris le 12 mars 2010 ; étudiant en psychologie et en philosophie à la Sorbonne, militant du groupe communiste de langue auprès de l’AEMAN et membre de l’UEAP face à l’UGEMA ; passant dès novembre 1954 à l’aide à la lutte algérienne de libération, quitte le PC, poursuit son action dans le sillage de M. Harbi* ; devient professeur de philosophie à Paris puis universitaire enseignant la sociologie politique à Paris.

À la fin de 1941, le jeune garçon André Akoun est exclu de la classe de 6e du Lycée d’Oran où il avait eu accès grâce à son succès au concours des bourses, par application des lois raciales du gouvernement français de Vichy en Algérie ; le décret Crémieux de 1870 qui avait fait citoyens français, les Juifs d’Algérie, avait été aboli dès 1940. On ne vit pas en Algérie d’uniforme allemand, mais la guerre absente portait la revanche des colons sur le Front populaire de 1936 et le Congrès musulman à une frénétique exaltation militaire française grevée de racisme colonial. Après avoir été recueilli par le cours Benichou ouvert par les familles juives, le jeune André Akoun réintègre en classe de 4e, en octobre 1943 – bien après le débarquement allié de novembre 1942 – le Lycée Lamoricière. Ainsi sa famille s’était vue renvoyée à ses « origines juives indigènes ». Les parents parlaient arabe ; la grand-mère paternelle ne parlait que « le juif », pour dire le judéo-arabe d’Afrique du Nord. Certes la mère, aînée de six enfants, qui gérait la famille, respectait des pratiques culinaires et le repos du samedi. Pour les enfants, la religion s’arrêtait à deux fêtes : Kippour et la Pâque juive, et à la « communion juive » qu’accomplit l’enfant André Akoun. Le père et ses frères étaient socialistes SFIO et ils étaient « éperdument français ».

En 1944, à quinze ans, A. Akoun entre aux Éclaireurs israélites de France dans la troupe Oran 5 qui se distingue, dira t-il, par sa désinvolture à l’égard de la pratique religieuse. Cependant ses camarades sont exclusivement de familles juives : Assouline, Bouaziz, Ouazzana, Askénazi, Rebouah, Touati, Stora, Benguigui, Darmon, Fédida, Charbit, Benichou, Lévy ; l’ordre est celui du souvenir. « Car si la ville était grande, poursuit-il, les réseaux de chaque communauté en faisaient un ensemble de villages non circonscrits territorialement mais étroitement liés communautairement. » Il a pour chef de troupe « Boa », Paul Bouaziz*, plus tard avocat communiste, qui devient l’exemple ; bachelier en 1947, il le suit, quittant Oran pour s’inscrire en droit à la Faculté d’Alger et militer au PCA. Pensant faire philo, il s’inscrit aussi en propédeutique de Lettres (où enseigne André Mandouze*), découvre l’économie politique avec Peyrega et plus encore s’adonne à la lecture de J.-P. Sartre. Il habite une chambre étroite, rue de la Lyre au pied de la Casbah, et se voue au militantisme entre camarades au quartier des Facultés.

En 1949, le déclassement économique transporte la famille à Paris. Son père, qui avait un atelier d’ébéniste avec deux ouvriers à Oran, ne peut plus guère subvenir aux charges familiales de trois enfants ; il abandonne l’Algérie pour la France. Il se reconvertit en gérant de café dans un quartier de Boulogne-Billancourt que fréquentent des ouvriers de l’usine Renault. Pas pour très longtemps, car en difficulté, il se fera lui-même OS chez Renault sur la chaîne des voitures. Un des frères d’André Akoun devient magasinier chez Renault, un plus jeune sera vendeur dans un magasin de tissus à Pigalle ; il se réclame de l’anarchisme. Lui redevient « étudiant communiste » à la Sorbonne maintenant, militant au Quartier latin. Inscrit en droit, ouvert à la philosophie, il suit aussi les cours de psychologie où il fait la connaissance de Claude Deroche qu’il épousera. Chez les Deroche – le père ingénieur des Ponts et Chaussées est un responsable communiste à l’aéroport d’Orly – on est communiste de famille et attentif aux destinées algériennes.
André Akoun fait partie de la cellule communiste étudiante de philosophie aux débats très vifs et rétive au contrôle de la Fédération du Paris. Il milite plus encore au Groupe communiste de langue des étudiants d’Afrique du Nord, car les groupes de langue sont partagés suivant les régions du domaine colonial. L’objectif est d’accéder à la direction de l’AEMAN. Les étudiants communistes doivent faire alliance avec les étudiants des partis nationalistes, pour l’Algérie, du MTLD, de l’UDMA et en sous-main des adeptes des Oulémas, et plus encore contrecarrer les coopérations nouées avec les étudiants trotskystes. Le Groupe de langue est emmené par un trio marxiste formé de Aziz Ben Miloud*, Mohamed Harbi* qui n’est pas au PC, et Ahmed Inal* qui vient du PCA ; André Akoun se joint à eux. En même temps, sous directive communiste il est associé avec l’étudiant communiste marocain qui appartient à l’importante famille berbère du Moyen Atlas, Ababou, à la direction et rédaction du mensuel : L’étudiant anticolonialiste.

Ces étudiants communistes poussent à la constitution de l’Union des étudiants algériens de Paris (UEAP) dans un projet de former une UGEA abandonnant la référence musulmane donnée par le M d’UGEMA comme d’AEMAN, sur le modèle de l’Union des étudiants tunisiens (UGET) décalquant le sigle de l’UGTT. Cette tentative n’est pas suivie, ni par le PCF qui freine en pensant d’abord à l’UNEF, ni par les étudiants communistes d’Alger qui comme le PCA jouent l’appellation compensatoire de musulman. Pour imposer l’appellation d’UGEMA, Belaïd Abdesslam s’appuie à la fois sur les partisans de l’UDMA, des Oulémas, les messalistes avant de rallier la Fédération de France du FLN ; Redha Malek défend la formulation UGEMA en arguant que le M renvoie non à la religion mais à la culture musulmane.
Le groupe étudiant et tout particulièrement Ahmed Inal*, ce Tlemcénien qui montera au maquis et mourra sous les coups des militaires français, étaient foncièrement attachés à l’idéal d’une Algérie algérienne qui faisait disparaître la frontière entre Juifs et Musulmans et identifiait par l’adhésion volontaire à la citoyenneté-nationalité algérienne sans discrimination d’origine. Plus qu’une équivoque, pour André Akoun, c’est une division interne qui apparaissait, « qui faisait qu’il se sentait comme un accueilli plutôt qu’un membre naturel, que ce soit avec les Français de France ou avec les Algériens non-communistes ».
Déjà critique des orientations et des méthodes du PCF, le groupe de langue et la cellule de philosophie se trouvent en porte à faux au lendemain du 1er novembre 1954 en prenant fait et cause pour la lutte algérienne et le FLN. Pour contribuer au soutien, André Akoun rend sa carte du PCF ; il assiste très vite M. Harbi* dans l’aide logistique : hébergements, transports. Il peut poursuivre cette activité alors qu’il effectue son service militaire de juin 1956 à juin 1958 parce qu’il se trouve affecté à l’hôpital du Val de Grâce à Paris. En 1957, au moment de la naissance de la première fille du couple, le père d’André Akoun est tué au travail aux usines Renault ; un moteur de la chaîne lui a heurté la tête. Toujours en liaison avec M. Harbi abrité en RFA, il poursuit sa contribution à l’action du FLN ; il participe à la grève des examens tout en jugeant le mot d’ordre stupide, collabore avec Michel Raptis* (Pablo) aux transferts d’argent vers l’Allemagne. En 1958, le service de publication de la Fédération de France du FLN (FLN Documents no 1) publie avec retard, le texte élaboré en commun avec M. Harbi : Le PCF et la Révolution algérienne qui donne une leçon de marxisme-léninisme aux communistes qui, dans leur conception de la nation, font fi de la ligne de partage colonial.

Cette collaboration intellectuelle fondée sur une profonde amitié se poursuit après l’indépendance, en contribuant à Révolution africaine quand M. Harbi en est le directeur. Le code de la nationalité en 1963 entérine le renvoi au statut musulman fixé par la colonisation à travers l’origine familiale ; il n’y a plus, sauf exceptions rares, d’« Européens » et de « Juifs » devenant Algériens. L’Algérie s’est éloignée, même si M. Harbi est revenu vivre en exil à Paris après avoir échappé à l’internement sous Boumédienne. André Akoun à Paris, est devenu professeur de philosophie, assistant, maître-assistant, enfin professeur de sociologie (Sorbonne redéfinie).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article149980, notice AKOUN André par René Gallissot, version mise en ligne le 2 novembre 2013, dernière modification le 6 mai 2017.

Par René Gallissot

SOURCES : M. Harbi, Une vie debout. Mémoires politiques. Tome 1 : 1945-1962. La Découverte, Paris 2001. – A. Akoun, Né à Oran. Autobiographie en troisième personne. Bouchène, Saint-Denis 2004. – Échanges de correspondance.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément