SUSDORF André, Charles [Pseudonymes : Vermillon, Victor]

Par Virginie Daudin, Michel Thébault

Né le 17 mai 1900 à Paris (XXe arr.), fusillé après condamnation à mort le 15 janvier 1944 au champ de tir de Biard près de Poitiers (Vienne) ; tourneur ; résistant, lieutenant FTPF.

André Susdorf était le fils de Charles Susdorf âgé de 24 ans mécanicien, et de Marie Madeleine Wehrlé âgée de 22 ans, journalière, domiciliés à Paris 9 rue du Liban. Lors de la conscription en 1920 il déclara le métier de mécanicien tourneur et fut incorporé le 15 mars 1920 dans le 12ème Régiment d’Aviation. Il participa à l’occupation des pays rhénans de mai 1920 à mars 1922 date de la fin de son service militaire. Il exerça ensuite son métier à Paris où il fut domicilié jusqu’à la fin 1939. Il vivait alors 3 rue Lambert dans le XVIIIème arrondissement. Il ne fut pas mobilisé en septembre 1939 ayant été réformé dès 1927 pour perte (par énucléation) de l’œil gauche.

Il trouva à s’embaucher sans doute comme tourneur dans des circonstances et à une date à préciser à l’usine Rocher de Cenon-sur-Vienne (Vienne) au sud de Châtellerault. La coutellerie avait été rachetée en 1939 par Maurice Rocher, industriel spécialisé dans la mécanique, pour y fabriquer des moteurs industriels, des tracteurs, des machines à coudre et à écrire, des lampes électriques. L’entreprise fut réquisitionnée par l’occupant allemand, en même temps que la Manufacture d’Armes de Châtellerault dès le 23 juin 1940 et travailla dès lors pour l’industrie de guerre allemande (Maurice Rocher fut condamné après guerre et ses usines saisies). A elles seules les deux entreprises regroupaient pendant la guerre les 2/3 des ouvriers du secteur.

Charles Susdorf s’engagea dans la Résistance rejoignant les FTPF de Châtellerault. Le dossier d’homologation du groupe FTPF de Châtellerault (SHD Vincennes op. cit.) dans sa fiche sur l’état nominatif pour activité du 18 octobre 1940 au 31 décembre 1942 le mentionne dans la liste comme sous-chef du 2ème groupe FTPF secteur Nord. Alias « Vermillon » ou « Victor », il participa à plusieurs distributions de tracts, puis devint responsable politique pour le secteur de Châtellerault (Vienne). Il fut spécifiquement chargé de cacher des réfractaires au Service du travail obligatoire (STO) et de les recruter pour les FTPF. Les liaisons nécessaires à l’accomplissement de ses missions furent assurées par Guy Thomas. A partir de juin 1943 le dossier d’homologation du groupe FTPF de Châtellerault (SHD Vincennes op. Cit. page 16) le mentionne dans le nouvel État major du groupe comme responsable militaire du secteur Sud de Châtellerault avec le grade de lieutenant.
Charles Susdorf fut arrêté par les agents de la Section des affaires politiques (SAP) de Poitiers, dirigée par le commissaire Rousselet, le 3 novembre 1943 à Châtellerault. Il fut interné à la prison de la Pierre-Levée (Poitiers) et le tribunal militaire allemand de la Feld Kommandantur 677 de Poitiers le condamna à mort le 7 janvier 1944 pour action en faveur de l’ennemi et détention d’armes. Il a été fusillé sur le champ de tir de Biard le 15 janvier 1944.

Charles Susdorf fut d’abord inhumé au cimetière de Ligugé. Son corps, avec celui de camarades de la Manufacture nationale d’armes de Châtellerault fusillés sur le champ de tir de Biard, fut rapatrié dans le carré des fusillés (1er rang, tombe 1) dans le cimetière de Châteauneuf, à Châtellerault, par la section du Parti communiste le 10 novembre 1944. Le 30 novembre 1944 furent célébrées des funérailles officielles.
Il obtint la mention mort pour la France. Son nom est inscrit sur le monument érigé à la mémoire des 128 fusillés sur le champ de tir de Biard, inauguré le 8 mai 1949, et sur le monument des martyrs de la Résistance à Châtellerault. Il figure également à Cenon (Vienne) sur le monument commémoratif 1939 - 1945 de l’usine Maurice Rocher, dédié "à la mémoire des membres du personnel de l’établissement (en tout 15 personnes) victimes des nazis et de leurs complices".

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article150635, notice SUSDORF André, Charles [Pseudonymes : Vermillon, Victor] par Virginie Daudin, Michel Thébault, version mise en ligne le 28 novembre 2013, dernière modification le 7 novembre 2021.

Par Virginie Daudin, Michel Thébault

SOURCES : SHD AVCC, Caen Cote AC 21 P 541626 (nc) — Mémoire des hommes, dossiers d’homologation des formations FFI, groupe FTPF Châtellerault GR 19 P 86/44 — Arch. Dép. Vienne, 1921W7, 1921W8. — Arch. Dép. Paris (état civil, registre matricule) — Marie-Claude Albert, Châtellerault sous l’Occupation, Geste Éd., 2005. — Marie Claude Albert et David Hamelin L’épuration économique dans le département de la Vienne au prisme de deux procès d’industriels Presses Universitaires de Rennes. 2008 — Au nom de la Résistance, hommage aux 128 fusillés, coll. Centre régional « Résistance & Liberté » et MIMC Office national des anciens combattants Vienne, Poitiers, 2013. — Mémoire des Hommes — Mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément