BOULANGER Marcel

Par Didier Bigorgne

Né le 10 avril 1910 à Sedan (Ardennes), mort le 18 juin 1988 à Charleville-Mézières (Ardennes) ; ouvrier d’usine, puis employé ; militant communiste, résistant et déporté ; président de la section des Ardennes de la FNDIRP (Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes) ; conseiller municipal (1953-1959), puis maire adjoint de Sedan (1971-1977).

Fils d’un manœuvre et d’une ouvrière nopeuse, Marcel Boulanger exerçait le métier de magasinier quand il épousa Marguerite Miet, tisseuse en drap, le 8 février 1930 à Frénois ; de cette union naquirent cinq enfants (trois garçons et deux filles).

Marcel Boulanger adhéra très jeune à la CGTU et au Parti communiste. Il s’engagea dans le combat antifasciste. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il évacua avec sa famille dans le département des Deux-Sèvres. De retour à Sedan le 15 juin 1942, Marcel Boulanger travailla à la scierie Jacquemart de Torcy. Il entra alors en contact avec des militants communistes dont Albert Villemaux*, maire révoqué de Nouvion-sur-Meuse. Il réussit à former une cellule de quatre membres qui se spécialisa dans la distribution de l’Humanité clandestine ronéotypée et de tracts. Le 3 mars 1943, il organisa une manifestation en gare de Sedan contre le départ d’un train de jeunes réquisitionnés par le STO vers l’Allemagne. Il fut arrêté par les Allemands, emprisonné à Charleville, puis interné à Royallieu (Compiègne), Déporté au camp de Sachsenhausen-Oranienburg (Allemagne) le 28 avril 1943, il fut libéré le 2 mai 1945.

Après le Seconde Guerre mondiale, Marcel Boulanger multiplia les engagements. Mutilé de guerre à 100 %, il mena le combat pour la défense des droits des déportés et internés pendant une quarantaine d’années. Elu membre de la section des Ardennes de la FNDIRP à sa naissance le 14 décembre 1946, il occupa le poste de président à partir de 1951.

Devenu employé de bureau à l’usine sidérurgique Lorraine-Escaut de Sedan, Marcel Boulanger fut délégué CGT du personnel. Il fut aussi administrateur de la Caisse primaire de Sécurité sociale des Ardennes de 1956 à 1968, et de l’hôpital de Sedan de 1952 à 1978.

Enfin, Marcel Boulanger fut élu conseiller municipal de Sedan le 27 avril 1953, avec sept de ses colistiers, sur la liste du Parti communiste ; il exerça son mandat jusqu’en 1959. Le 21 mars 1971, il fut de nouveau élu sur une liste d’Union de la gauche PS-PCF ; il occupa un poste d’adjoint au maire socialiste Gilles Charpentier* jusqu’en 1977.

Titulaire de la Médaille militaire, de la Croix de guerre 1939-1945 et de la Croix du combattant volontaire de la Résistance, Marcel Boulanger fut élevé au grade de chevalier de la Légion d’honneur : la cérémonie se déroula le dimanche 27 février 1983 à l’hôtel de ville de Sedan.

Marcel Boulanger fut enterré civilement le 21 juin 1988 au cimetière de Frénois à Sedan. Aujourd’hui, une place du quartier de Frénois porte le nom de Marcel Boulanger.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article153064, notice BOULANGER Marcel par Didier Bigorgne, version mise en ligne le 4 février 2014, dernière modification le 4 février 2014.

Par Didier Bigorgne

SOURCES : Liberté, décembre 1946. — L’Humanité-Dimanche, Une semaine dans les Ardennes, février 1954. — L’Ardennais, 28 février 1983 ; 19-20 janvier 1988. — Témoignage de Marcel Boulanger à Henri Manceau (21 janvier 1954). — État civil de Sedan.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément