PÉDÉRENCINO Léon

Par Christian Lescureux

Né le 27 janvier 1910 à Liévin (Pas-de-Calais), fusillé le 5 mai 1943 à Arras (Pas-de-Calais) ; ouvrier mineur ; militant communiste ; résistant au sein des FTPF.

Fils de Honoré Pédérencino, mineur, et de Émilia Corbisez, ménagère, Léon Pédérencino, domicilié à Liévin au 4 rue Fragonard, se maria le 19 avril 1935 à Liévin avec Angèle Carlier. Le couple eut deux enfants.
Léon Pédérencino occupa la fosse no 3 des mines de Liévin jusqu’au jour de son arrestation.
Léon Pédérencino fut en relation avec les illégaux Louis Caron, récemment arrêté, Alexandre Boué et Augustin Dellerue. Il aurait notamment réveillonné avec eux la nuit de Noël chez le nommé Verbrakele de Liévin (arrêté puis condamné à mort).
Léon Pédérencino fut l’un des responsables du secteur de Lens des Francs-tireurs et partisans (FTP) avec Louis Caron, Édouard Levisse et Henri Verbrakaele. Il faisait partie d’un groupe qui aurait participé notamment au sabotage de la voie ferrée Arras-Lens à proximité d’Avion au début de janvier dernier.
Le 11 décembre 1942 vers 20 heures. Louis Caron et Léon Pédérencino attaquèrent deux soldats de la Werhmacht qui regagnaient leur cantonnement.
Quelques jours après son arrestation, le 13 février 1943, par la police française, sur ordre du lieutenant commandant la Feldgendarmerie de Lens, par le commissaire principal aux Renseignements généraux (RG) de Lens, pour « menées communistes et port d’armes prohibées » Pédérencino reconnut avoir été en rapport avec Bové, Caron, Verbraekele et d’autres et détenir quelques kilos de dynamite et un pistolet automatique. La dynamite a été découverte dans le bois de Liévin et le pistolet dans le jardin de Pédérencino aux endroits indiqués par ce dernier.
Condamné à mort le 16 avril 1943 par le tribunal militaire allemand d’Arras (OFK 670), Léon Pédérencino a été fusillé le 5 mai 1943 à 19 h 27 dans les fossés de la citadelle d’Arras.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article158182, notice PÉDÉRENCINO Léon par Christian Lescureux, version mise en ligne le 25 avril 2014, dernière modification le 19 mars 2017.

Par Christian Lescureux

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – Arch. Dép. Pas-de-Calais, M 5022/1 et 51 J/6. – J.-M. Fossier, Zone interdite, op. cit., p. 236. – Jacques Estager, Ami, entends-tu, Messidor/Éd. Sociales, Paris, 1986, p. 137, 140. – Mémorial des fusillés d’Arras. – État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément