RINGARD Camille [née ANDRÉ, Élodie, Amélia, dite]

Par Jacques Girault

Née le 8 mai 1893 à Aumagne (Charente), morte le 28 mars 1978 à Fleury-Mérogis (Essonne) ; institutrice à Paris ; résistante.

Fille d¹un cultivateur, Elodie André, institutrice, se maria en avril 1925 à Yermenonville (Eure-et-Loir) avec Julien Ringard. Séparée de fait avec son mari, institutrice à l’école maternelle de la rue du Sommerard dans le Ve arrondissement, demeurant rue Raffaéli (XVIe arr.), Élodie Ringard (écrit parfois Ringart) résidait aussi dans une chambre de location rue Saint-Jacques (Ve arr.). Ayant été signalée comme la responsable de l’organisation clandestine, lors d’une enquête sur la propagande communiste dans le Ve arrondissement, elle fut arrêtée, le 11 mars 1942. Lors d’une perquisition dans son domicile, furent trouvés des écrits communistes alors que dans sa chambre figuraient une soixantaine d’enveloppes avec adresses. Lors de son interrogatoire, le 13 mars, accusée de propagande communiste en direction des enseignants du Veme arrondissement, elle nia avoir appartenu au Parti communiste. Elle reconnut être allée en Russie en 1934, 1935 et 1936, "en touriste". Elle fut mise à la disposition du Procureur de la République. Elle fut sans doute condamnée et peut-être déportée.

Elle termina sa vie dans la maison de retraite du centre hospitalier Henri Manhes réservé aux déportés.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article160266, notice RINGARD Camille [née ANDRÉ, Élodie, Amélia, dite] par Jacques Girault, version mise en ligne le 26 juin 2014, dernière modification le 30 juillet 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. PPO, rapport de quinzaine, répertoire 65.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément