CHARLIER Roland, Émile

Par Didier Bigorgne

Né le 20 septembre 1914 à Joigny-sur-Meuse (Ardennes), mort le 24 avril 2001 à Charleville-Mézières (Ardennes) ; ouvrier métallurgiste ; syndicaliste CGT et militant communiste ; conseiller municipal de Bogny-sur-Meuse (1977-1983)

Fils d’un cordonnier et d’une couturière, Roland Charlier travailla à l’usine pendant toute sa vie active. Il exerçait le métier de presseur quand il épousa Marcelle Antoinette Paulette Bail, ouvrière taraudeuse, le 30 avril 1938 à Château-Regnault (Ardennes). Il fut estampeur pendant de longues années à l’usine Bivoit de Braux, avant d’être licencié pour activité syndicale à la CGT. Embauché à la société CIGCEM de Bogny-sur-Meuse en 1961, Roland Charlier y exerça la profession de régleur jusqu’à son départ à la pré-retraite en 1977. Il remplit quelque temps la fonction de délégué CGT d’entreprise.

En juin 1944, Roland Charlier adhéra au Parti communiste. Membre du comité fédéral des Ardennes du 1er mars 1953 au 10 mai 1964, il fut secrétaire de la section de Levrézy (1956 à 1961), dans laquelle militait aussi André Compain. En 1957, Roland Charlier fréquenta une école fédérale. Il devint un grand diffuseur de la presse communiste, en particulier de l’Humanité-Dimanche.

Roland Charlier fut candidat sur la liste de son parti aux élections municipales du 8 mars1959 et du 14 mars 1965 à Braux, et du 14 mars 1971 à Bogny-sur-Meuse (ville née de la fusion des communes de Braux, Levrézy et Château-Regnault en 1967). Il fut élu conseiller municipal de Bogny-sur-Meuse le 14 mars 1977 sur une liste d’union de la gauche emmenée à la victoire par le communiste Abel Decopons.

Roland Charlier était veuf depuis 1975 quand il mourut à l’hôpital de Charleville-Mézières. Il fut enterré civilement au cimetière de Braux à Bogny-sur-Meuse.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article161933, notice CHARLIER Roland, Émile par Didier Bigorgne, version mise en ligne le 31 juillet 2014, dernière modification le 7 décembre 2020.

Par Didier Bigorgne

SOURCES : Arch. du comité national du PCF. — L’Humanité-Dimanche, Une semaine dans les Ardennes, 1953 à 1971. — Presse locale. — Témoignage de Gérard Baudoin, maire communiste de Bogny-sur-Meuse (1980-1989). — État civil de Joigny-sur-Meuse et de Bogny-sur-Meuse.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément