DELATTRE Marcel

Par Dominique Tantin

Né le 22 janvier 1910 à Migron (Charente-Inférieure, Charente-Maritime), fusillé comme otage le 24 octobre 1941 au camp de Souge, commune de Martignas-sur-Jalle (Gironde) ; chauffeur ; militant communiste.

Marcel Delattre était marié et domicilié chemin des Écoles au Pont-de-la-Maye, commune de Villenave-d’Ornon en Gironde. Il était chauffeur à la société de distribution alimentaire « L’Aquitaine » à Bègles, dans l’agglomération bordelaise.
Il resta fidèle au Parti communiste clandestin après son interdiction au mois de septembre 1939. Il militait avec la famille Toralba, tous arrêtés le 22 novembre 1940, le père et les trois fils. Il continua à organiser la propagande, mais il fut arrêté en représailles à une distribution de tracts à Bègles (Gironde). Interné administratif, il fut détenu sans être jugé au 24 quai du Bacalan à Bordeaux puis au camp de Mérignac (Gironde).
Son épouse, qui conservait à sa charge les parents infirmes et le frère âgé de dix ans de Marcel Delattre, demanda en vain au préfet l’allocation prévue par la loi dans ces circonstances. Elle lui fut refusée parce qu’elle travaillait quelques journées à l’hôpital militaire du Béquet, route de Toulouse. « Le docteur Traissac, 92, cours de la Somme, médecin de famille, devant son dénuement, intervient auprès du préfet pour demander la libération de Marcel. Le préfet a transmis le dossier à la Feldkommandantur avec la mention : ``individu dangereux à tous égards’’. »
Marcel Delattre resta donc interné et fut l’un des cinquante otages désignés pour être fusillés en représailles à l’attentat qui coûta la vie au commandant Reimers à Bordeaux le 21 octobre 1941. L’exécution de ces cinquante otages eut lieu au camp de Souge le 24 octobre 1941.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article163628, notice DELATTRE Marcel par Dominique Tantin, version mise en ligne le 4 septembre 2014, dernière modification le 5 juillet 2021.

Par Dominique Tantin

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – Christophe Dabitch, Bordeaux, Les 50 otages. Un assassinat politique, Les chemins de la mémoire, 1999. – Comité du souvenir des fusillés de Souge, Les 256 de Souge, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément