RICHARD Louis [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis]

Par Michel Cordillot

Né à Hugin (France) le 7 janvier 1812, Louis Richard s’était installé dans la région de Lyon pour y exercer la profession de tisseur. Communiste icarien, il quitta la France le 18 décembre 1848 pour émigrer aux États-Unis avec le quatrième Grand départ du Havre. En mars 1849 il décida de suivre les Icariens à Nauvoo (Illinois), et il y soutint Cabet, en butte à diverses oppositions au sein de la communauté, tout au long de l’année 1850.

Louis Richard demanda la citoyenneté américaine le 31 juillet 1852. En 1854, il travaillait à l’atelier de fabrication de barques à fond plat de la colonie et comme bûcheron. En juillet 1855, il se rangea aux côtés des opposants à Cabet et vota contre ce dernier le 12 mai 1856.

Marie Marchand, qui l’avait côtoyé au sein de la communauté icarienne en Iowa, le décrivit dans ses souvenirs comme l’homme le plus gros d’Icarie. Il était célibataire, petit et pesait plus de 100 kg ; il ne souriait jamais et veillait jalousement sur tout ce qui était susceptible d’aboutir sur la table commune au réfectoire. Un de ses tâches était de faire la lecture à haute voix des journaux reçus en Icarie, et sa voix résonnait comme pour un discours jusqu’à la dernière ligne.

En 1877, Louis Richard resta fidèle à la Vieille Icarie. Le 1er mai 1879, il figurait au nombre des signataires de l’acte d’incorporation de la nouvelle société icarienne. Il était toujours membre de la communauté en février 1888.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article165484, notice RICHARD Louis [Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis] par Michel Cordillot, version mise en ligne le 30 septembre 2014, dernière modification le 30 septembre 2014.

Par Michel Cordillot

SOURCES : Federal census 1850 ; Naturalization Records, Hancock County, Ill. ; Le Populaire de 1841, passim ; É. Cabet, Guerre de l’opposition contre le citoyen Cabet, août 1856 ; Colonie icarienne, 20 septembre, 27 septembre 1854 ; Revue icarienne, n° 1 (octobre 1856) ; Revue icarienne, février 1888 ; Jules Prudhommeaux, Icarie et son fondateur Étienne Cabet, Paris, Cornély & cie, 1907, p. 658 ; Fernand Rude, « Allons en Icarie ». Deux ouvriers viennois aux États-Unis en 1855, Grenoble, PUG, 1980, p. 171 ; Notes de Robert Sutton et François Fourn.

ICONOGRAPHIE : Louis Richard figure sur la photo des derniers Icariens prise en 1887 (cf J. Prudhommeaux, op. cit., p. 605).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément