VERSTRAËTE Guy [Pseudonyme dans la Résistance : Vlaminck et Guy VERNUGE]

Par Hélène Chaubin

Né le 7 février 1918 à Londres (Royaume-Uni), fusillé le 6 juillet 1943 à Bastia (Corse, Haute-Corse) suite à une condamnation à mort du tribunal militaire italien ; officier de la marine belge au service de l’Intelligence service britannique.

Guy Verstraëte, qui se faisait passer pour français, né d’Aimé et de Cécile Bousard à Charleville le 7 février 1918 et résidant à Rouen (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), était bien né à la date indiquée, mais à Londres, et de parents belges. Il fit des études au collège Albert-Ier de Bruxelles, puis à l’École supérieure de navigation (marine marchande). Embarqué comme officier cadet, il était à Dakar en juin 1940. Il parvint, en empruntant un canot, à gagner la Gambie. Puis il se rendit à Londres, où il fut recruté par le service secret d’espionnage ISLD Interservice liaison department M.I.6. Agent de renseignements, il fut envoyé à Oran (Algérie) en avril 1942. Les Alliés débarquèrent en novembre.
Il fut envoyé en mission en Corse en février 1943 (mission Frederick, organisée conjointement par le Bureau central de renseignements et d’action, BCRA, et le MI6). Un sous-marin britannique, le HMS Saracen, débarqua des agents dans la baie de Cupabia. Il reçut une formation d’opérateur radio.
Il fut arrêté, sur dénonciation, par les Italiens le 12 avril 1943, jugé par le tribunal militaire de la VIIe armée siégeant à Bastia le 5 juillet et condamné à mort pour espionnage militaire. Il a été exécuté sous le nom de Vernuge le 6 juillet 1943.
Son pseudonyme Vernuge est inscrit à Bastia sur le monument aux morts et son nom Verstraëte sur la plaque commémorative individuelle aux soldats belges dans le cimetière de Bastia ainsi qu’à Sartène sur le Livre d’Or, et à Serra-di-Ferro (Corse-du-Sud) sur le monument commémoratif à la Résistance.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article167941, notice VERSTRAËTE Guy [Pseudonyme dans la Résistance : Vlaminck et Guy VERNUGE] par Hélène Chaubin, version mise en ligne le 25 novembre 2014, dernière modification le 18 avril 2020.

Par Hélène Chaubin

SOURCES : Stato Maggiore Esercito, Ufficio Storico, Roma. tribunale militare di GuerradellVII corpo d’Armata. Sentenze (26/03/1943 - 28/08/1943). – Virginio Sias, Il controspionaggio italiano in Sardegna e Corsica (1943), S’Alvure di S. Pulisci, Oristano, 1991, 154 p. – Toussaint Griffi, Laurent Preziosi, Première mission en Corse occupée, Paris, L’Harmattan, 1988. – Sir Richard Brooks, Flottilles secrètes, Le Touvet, Éd. MVD, 2001.— Memorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément