RENAUD Jean, Eugène

Par Dominique Tantin, Michel Thébault

Né le 15 juin 1912 à Nice (Alpes-Maritimes), fusillé le 7 septembre 1943 à Dijon (Côte-d’Or) ; employé à la SNCF ; résistant, membre du réseau Résistance-Fer.

Marié avec Clotilde, Louise, Marie Valet, sans enfant, Jean Renaud était domicilié à Dijon, 34 rue du Chaignot. Entré à la SNCF en mai 1937, il fut mobilisé le 28 août 1939. Fait prisonnier lors de la campagne de France il obtint un congé de captivité en mars 1941 et reprit son emploi au dépôt de Dijon-Perrigny. Depuis février 1943, il était membre du réseau Résistance-Fer, dans un groupe de sabotage du dépôt des machines de Dijon-Perrigny : destruction d’installations et de matériel de transport ferroviaire, sabotages des plaques tournantes des rotondes.
Il y fut arrêté à son domicile 18 août 1943 par la Sipo-SD. Emprisonné à Dijon, il fut condamné à mort par un tribunal allemand à une date non renseignée et fusillé le 7 septembre 1943 à Dijon. Il fut inhumé dans le carré des fusillés du cimetière municipal de Dijon où il repose depuis lors carré 6 tombe 24.
Il obtint la mention mort pour la France et son nom est inscrit sur le mur des fusillés de Dijon.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article168053, notice RENAUD Jean, Eugène par Dominique Tantin, Michel Thébault, version mise en ligne le 27 novembre 2014, dernière modification le 11 mars 2020.

Par Dominique Tantin, Michel Thébault

SOURCES : SHD AVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). — SHD Vincennes GR 16 P 505261 (non encore consulté) — Mémoire des hommes — Mémorial GenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément