TINDILIERE Roger

Par Jean-Noël Dutheil

Né le 16 septembre 1930 à Aubusson (Creuse), mort le 6 novembre 2020 à Montluçon (Allier) ; ajusteur ;, secrétaire général de l’Union départementale CGT de l’Allier d’avril 1971 à avril 1983 ; administrateur à la CPAM de 1983 à 1996 et à la CRAM.

Roger Tindilière
Roger Tindilière
Photothèque de l’IHS-CGT de l’Allier.

Artisan mécanicien, son père fut contraint de devenir ouvrier à la SAGEM (Montluçon) en 1939. Roger Tindilière entra comme apprenti à la SAGEM de 1944 à 1947, il obtint un CAP d’ajusteur. Il intégra l’Amicale des apprentis CGT dont il devint le responsable. Il fut membre de l’Union des Jeunes Républicains de France (UJRF).

Licencié en 1949, il s’embaucha dans une entreprise de chromage (Kroma) jusqu’en 1953. Durant cette période, il effectua son service militaire dans l’artillerie et les chasseurs à pieds. Il entra à l’usine Saint Jacques de Montluçon, la grande entreprise de sidérurgie de Montluçon. Il appartint au Conseil fédéral de la métallurgie à partir de 1954. Secrétaire du syndicat de Saint Jacques à partir de 1955, il fut responsable des Métaux de l’Allier ainsi qu’un des secrétaires de l’Union locale de Montluçon. Fin 1963, et pendant un an, il se retrouva dans le grand combat pour le maintien de l’activité sidérurgique à Montluçon.

Roger Tindilière travailla à l’usine Saint Jacques jusqu’en 1966, date à laquelle il devint permanent à l’Union départementale CGT de l’Allier dont il devint secrétaire général de 1971 à 1983. Durant son mandat et dans la foulée de mai 68, les luttes furent encore victorieuses avec les signatures de Conventions Collectives dans la Métallurgie, chez les Agricoles, à l’ONF…Puis vint l’ère des batailles contre les licenciements, ceux de Landis, de Dunlop (l’usine sauvée devint Sumitomo), ceux des travailleuses de Rousseau qui luttèrent contre la famille Boussac depuis 1968. Fin 1969, il fit l’école de 4 mois du PCF dans lequel il prit des responsabilités (membre du Comité et du Bureau Fédéral du PCF de l’Allier de 1971 à 1989). Il fut élu conseiller municipal de Montluçon, en 1977, sur une liste de gauche.

Il est à noter que c’est durant son mandat syndical que Montluçon participa à l’expérience des radios libres de la CGT mais surtout que sortit le journal de l’U.D. CGT Unité. (tirage à 50 000 exemplaires). Cette œuvre collective fut d’après Roger Tindilière « un bon vecteur des arguments de la CGT et un élément non négligeable dans la bataille. » En 1982, la CGT « joue le jeu à fond en prenant en compte les seuls intérêts du pays et des salariés » et l’Union Départementale publia : « Allier, relancer l’économie- Reconquérir le marché intérieur. »

Il fut administrateur de la CPAM de 1983 à 1996 et de la CRAM jusqu’en 1996.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article171620, notice TINDILIERE Roger par Jean-Noël Dutheil, version mise en ligne le 20 mars 2015, dernière modification le 14 novembre 2020.

Par Jean-Noël Dutheil

Roger Tindilière
Roger Tindilière
Photothèque de l’IHS-CGT de l’Allier.

ŒUVRE : Plein la vie, édition Créer, 2002. — Les génies de la fontaine, édition l’Harmattan, 2004. — Les années glorieuses, édition L’Harmattan, 2006.

SOURCES : Biographie manuscrite de Roger Tindiliere datée du 2 octobre 2006. — Roger Tindiliere, Plein la vie, Éditions Créer, 2002.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément