UDOVICA Irène [épouse CHAMPAILLY]

Par Jean-Marie Conraud

Née le 29 septembre 1936 à Exincourt (Doubs), ouvrière dans l’horlogerie puis dans l’automobile ; permanente de la JOCF pour la Bourgogne et la Franche Comté.

Fille de Michel Udovica, manœuvre au moment de sa naissance puis ouvrier fraiseur chez Peugeot, et de Julienne Rajca, tous deux d’origine yougoslave, Irène Udovica, après le certificat d’études obtenu en 1950, prépara à Montbéliard un CAP de couture qu’elle obtint en 1953. À l’âge de dix huit ans, elle fut embauchée comme agent de fabrication à la manufacture d’horlogerie « l’Epée ». Elle y resta de juin 1954 à mars 1957. Ce fut à la fin de l’année 1954 qu’elle rencontra des jocistes qui vendaient le calendrier la JOCF. Elle fut intéressée et devint militante de base avant d’assumer la responsabilité de la section d’Exincourt. Puis, rapidement, on lui confia la charge de suivre les groupes d’action au travail du secteur.

En mars 1957, elle quitta son premier employeur pour entrer comme OS aux automobiles Peugeot. Mais six mois après, en septembre, elle fut sollicitée pour devenir permanente de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOCF). Ayant accepté, elle fut chargée de suivre les fédérations des régions Bourgogne et Franche-Comté pour les 14-17 ans et la branche malade. Elle assuma la responsabilité de la région jusqu’en décembre 1959, puis du 1er janvier 1960 au 20 juillet 1962 fut chargé de la branche loisirs « Avenir et Joie ». Le rassemblement de Rome de 1957 lui fit découvrir la dimension internationale du mouvement. Elle anima des enquêtes-campagnes sur les jeunes et l’argent, sur l’occupation des temps libres, sur les jeunes travailleuses et l’amour. Elle s’ouvrit également au syndicalisme.

À la fin de son mandat de permanente, Irène Udovica resta à Paris où elle fut embauchée à la FLEC (Fédération Loisirs et Culture) de septembre 1962 à octobre 1963. Elle revint ensuite au secrétariat de la JOCF mais comme employée aux écritures. Elle travaillait à mi-temps et suivait des cours de secrétariat par correspondance tout en gardant un enfant pour pouvoir disposer d’une chambre de bonne. En juillet 1964, elle fut embauchée à la Fédération de la métallurgie CFDT. Elle y resta jusqu’en août 1966. Elle fut employée ensuite un mois à l’UNIOPSS avant d’entrer dans un établissement d’informatique (CII). Elle quitta cette dernière entreprise pour se marier à Uriage le 18 juillet 1970 avec Serge, Michel, Armand Chamfailly, peintre en bâtiment et représentant en papiers peints. Après avoir élevé un enfant, elle retrouva un emploi comme secrétaire chez un médecin de la station thermale d’Uriage-les-Bains. Celui-ci ayant pris sa retraite en 1997, elle fut en chômage jusqu’au moment de sa propre retraite en 1999.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article180193, notice UDOVICA Irène [épouse CHAMPAILLY] par Jean-Marie Conraud, version mise en ligne le 29 avril 2016, dernière modification le 29 avril 2016.

Par Jean-Marie Conraud

SOURCES : Arch. JOCF, 45J-4C1 (dossier de permanente). — Témoignage recueilli par Jean-Marie Conraud auprès de l’intéressée en juin 1998.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément