BLANC Marcel, Clovis

Par Jean-Marie Guillon (à partir du travail de Robert Pinel et de Mémoire Résistance HB)

Né le 20 août 1920 à Vaison-la-Romaine (Vaucluse), abattu le 22 février 1944 à Barret-de-Lioure (Drôme) ; assimilé aux Forces françaises de l’Intérieur (FFI).

Fils de Félix Blanc, cordonnier, et de Berthe Escudier, marié à Barret-de-Lioure le 20 janvier 1943, y résidant, Marcel Blanc fut abattu avec Raymond Bardouin et Albert Gauthier dans l’après-midi du 22 février 1944 par les troupes qui venaient d’opérer à Izon-la-Bruisse contre le maquis Ventoux et avaient exécuté trente trois maquisards et un gendarme à Séderon (Drôme). Les trois jeunes hommes n’appartenaient pas au maquis. D’après Robert Pinel et l’association Mémoire Résistance HB, ils fêtaient Mardi-Gras, allant de maison en maison. D’après d’autres sources, ils revenaient de chercher du ravitaillement dans une ferme à 3 km du village, lorsqu’ils furent surpris par la colonne. Sans doute, cherchèrent-ils à fuir. La stèle qui a été érigée en leur mémoire à Barret-de-Lioure attribue leur mort à la Gestapo et la Milice alors que la Milice était absente de l’opération et que rien n’indique que la Gestapo y fut présente. En revanche, il est probable que, parmi leurs assassins, se trouvaient des hommes de la 8e compagnie Brandebourg.
Assimilé comme Raymond Bardouin aux FFI, Marcel Blanc reçut la mention "Mort pour la France" le 14 avril 1954. Son nom figure sur les monuments aux morts de Vaison-la-Romaine (Vaucluse), quai Maréchal-Foch et place Burrus.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article181588, notice BLANC Marcel, Clovis par Jean-Marie Guillon (à partir du travail de Robert Pinel et de Mémoire Résistance HB), version mise en ligne le 10 juin 2016, dernière modification le 6 janvier 2022.

Par Jean-Marie Guillon (à partir du travail de Robert Pinel et de Mémoire Résistance HB)

SOURCES : Mémoire des Hommes SHD Caen DAVCC 21 P 24163 et Vincennes GR 16 P 62838 (nc). — Association pour la Mémoire de la Résistance et de la Déportation dans les Hautes-Baronnies (Mémoire Résistance HB), La tragédie du maquis d’Izon-la-Bruisse, 22 février 1944, Eygalayes, 2013, p. 183. —Joseph La Picirella, Témoignages sur le Vercors, 14e édition, 1991, p. 88. — Monument aux morts Barret-de-Lioure.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément