CACHON Marcelle [née GAUTHIER Marcelle, épouse BRISON Marcelle]

Par Claude Pennetier

Née le 9 janvier 1900 à Sens (Yonne), morte le 24 août 1969 à Sens ; métallurgiste ; communiste déportée ; veuve de déporté et mère de fusillés.

Rue Famille Cachon, martyrs de la Résistance, à Sens
Rue Famille Cachon, martyrs de la Résistance, à Sens

Fille d’un métallurgiste et d’une manouvrière, Marcelle Gauthier se maria le 20 septembre 1922 à Sens avec Paul Cachon, serrurier puis ouvrier des PTT. Militant communiste actif et secrétaire de l’Union locale CGT, il était soutenu dans son action militante par sa femme, notamment pendant les grèves de juin 1936. Il fut muté au Mans (Sarthe) où il participa à la résistance et fut arrêté en mars 1943. Elle-même fut arrêtée le 21 janvier 1944 au Mans avec ses deux fils (l’aîné était résistant en Bretagne)et quatre militants, puis déportée en Allemagne, à Ravensbruck, d’où elle revint pour vivre dans l’Yonne. Ses deux fils, Marc Cachon, né le 17 janvier 1922 à Sens, typographe, marié le 23 août 1941 à Sens avec Renée Roche, manouvrière, et Serge Cachon, né le 13 avril 1926 à Sens, avaient été fusillés le 19 mai 1944 à Champagné (camps d’Auvours) dans la Sarthe. Leurs corps ne furent jamais retrouvés.

Marcelle Cachon était entrée aux PTT comme factrice en 1943. Elle vécut à Sens,où elle fut conseillère municipale, puis à Argenteuil à partir de 1957 avant de revenir à Sens.

Marcelle Cachon reçut une citation le 30 mars 1955 (« Membre d’un groupe FN/FTPF, dès août 1943, a fait preuve d’un courage digne de tous les éloges par l’aide qu’elle apporte à son groupe notamment en dissimulant les armes à ses risques et périls »), la Croix du combattant volontaire 1939-1945, le 29 septembre 1961, ainsi que la médaille de la Résistance. Militante de la réconciliation franco-allemande, elle se rendit à cinq reprises en République démocratique allemande où elle fut décorée de la Médaille des combattants antifascistes en septembre 1960.

Une rue de Sens porte le nom de « Famille Cachon, martyrs de la Résistance » , une plaque honore la famille Cachon à la permanence CGT rue Pasteur et les noms de Marcelle, Paul, Serge, Marc et Roland Cachon sont gravés sur le monument aux fusillés et déportés d’Auxerre.

Dans le fonds des cadeaux faits à Maurice Thorez (Arch. com. Ivry-sur-Seine), on trouve un cadeau de Marcelle Gauthier : Coffret laqué en papier mâché, artisanat russe. Décor peint du couvercle : le navire Piotr Vélikiï. Le coffret contient un insigne, un fragment de métal, une plante séchée, et une carte manuscrite.
Message manuscrit de la carte : « 3 juillet 1954. Chère Jeannette, cher Maurice Thorez, en signe de notre grande affection et de notre profonde reconnaissance nous vous offrons ce joli coffret que nous ont offert les amis soviétiques d’Odessa. Il contient l’insigne du 300e anniversaire du rattachement de l’Ukraine à la Russie, ainsi qu’un éclat et une plante que nous avons pris sur la colline Mamaïef près de Stalingrad. Nous garderons un souvenir ineffaçable de cette visite. Là, nous avons pris pleinement conscience de la grandeur, de l’héroïsme des combattants de Stalingrad pour lesquels notre reconnaissance demeurera toujours infinie. Croyez chère Jeannette, cher Maurice Thorez, à nos sentiments les plus profonds et à notre indéfectible attachement. Pour Élyse Fraysse, Malvina Mouna, Marcelle Gauthier, Ségolène Malleret, Madeleine Moret ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article18299, notice CACHON Marcelle [née GAUTHIER Marcelle, épouse BRISON Marcelle] par Claude Pennetier, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 5 juin 2014.

Par Claude Pennetier

Rue Famille Cachon, martyrs de la Résistance, à Sens
Rue Famille Cachon, martyrs de la Résistance, à Sens

SOURCES : L’Humanité dimanche, édition de l’Yonne, septembre 1969, n° 235. — A. Pioger, La Résistance dans la Sarthe. — Renseignements communiqués par Roberte Grimoin, nièce de Marcelle Cachon.- Site Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément