MILLEPIED Philippe

Par Pierre Baudrier

Cafetier de Raymond (Cher) où étaient chantés des textes séditieux.

En 1851 tenancier d’un débit de boissons à Raymond (Cher) dont les habitués entonnaient des chants séditieux qu’il tolérait. On entendait chanter par exemple « Vive les rouges ! à bas les blancs ! ». Le sous-préfet ordonna la fermeture du café.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article194365, notice MILLEPIED Philippe par Pierre Baudrier, version mise en ligne le 4 août 2017, dernière modification le 4 août 2017.

Par Pierre Baudrier

SOURCE : Journal des débats, 29 novembre 1851, p. 3, 3e col.

Version imprimable Signaler un complément