WISEMANN Joseph

Par Claude Pennetier

Condamné à mort en février 1942, devait être fusillé à Fresnes, gracié au dernier moment.

Le 18 février 1942, Joseph Wisemann fut condamné à mort par le tribunal de Paris Boissy d’Anglas / Kdt. Gross Paris. Le sursis d’exécution fut refusé et le lieu d’exécution devait être Fresnes, ce qui était inhabituel. Mais au dernier moment il fut gracié.
Selon l’abbé Stock, il s’agissait d’un Anglais, Père Blanc.



L’abbé Franz Stock l’évoque dans son Journal de guerre :
« Jeudi 26.2.42
Doivent être fusillés : Wisermann, Hammel, Nicolai le 1er à Fresnes, les autres au Cherche-Midi. Le 1er, Père blanc (novice ?), Anglais, partit pour Fresnes, mais fut gracié au dernier moment, alors que le conseiller au tribunal militaire allemand lui avait déjà lu la sentence. Partis de là pour Cherche-Midi. Nicolai, était catholique, bonne confession, communia, pensa avant tout à ses deux filles, en particulier à la plus âgée, la plus jeune est chez les sœurs, 1, rue Milan. Hammel était protestant, le pasteur Peters est venu, je suis parti dans ma voiture avec Nicolai, 51 ans, enterré à Ivry - 39e, 2e ligne n°3. »

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article194445, notice WISEMANN Joseph par Claude Pennetier, version mise en ligne le 13 août 2017, dernière modification le 28 mars 2021.

Par Claude Pennetier

SOURCES : AVCC, Caen, Liste S 1744 (Thomas Pouty). — Franz Stock, Journal de guerre. Écrits inédits de l’aumônier du Mont Valérien, Cerf, 2017, p.68.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément