Saint-Amand-Montrond (Cher), 8 juin 1944

Par Michel Gorand

Dix-neuf résistants et civils furent massacrés par les Allemands au terme d’une intervention soutenue par la Milice de Vichy.

Mur des fusillés, situé au rond-point de la Résistance à Saint-Amand Montrond (Cher)
Mur des fusillés, situé au rond-point de la Résistance à Saint-Amand Montrond (Cher)
Cliché de Michel Gorand.

Fin mai 1944, les maquisards de l’Armée Secrète (AS) du Commandant Mac Gaver et ceux des Francs-Tireurs et Partisans (FTP) du Colonel Hubert avaient réalisé l’unité et établi un plan d’action. Le 6 juin ceux de l’AS sont dans Saint-Amand et environs ; ceux des FTP entrent dans St Amand par trois points différents. Les maquisards se placent aux points stratégiques, ils attaquent le siège de la Milice, l’investissent, mettent hors de combat une trentaine de miliciens, font des prisonniers dont Mme Bout de l’An, épouse du Secrétaire général adjoint de la Milice, bras droit de Darnand. Le lendemain la réaction allemande a lieu et des avions allemands survolent St Amand en fin d’après-midi ; des Allemands de Moulins et d’Orléans se déplacent par centaines et entreprennent l’encerclement de la ville. Afin d’éviter des représailles, l’Etat-Major FTP donne l’ordre d’évacuation des maquisards, ce qui se fait dans la nuit, par camions, par le pont sur le Cher.
Dès le 8 juin au matin, les Allemands, en grand nombre, guidés par des Miliciens « s’infiltrent dans la ville et progressent avec prudence ». Ils tuent des civils, des maquisards, un gendarme, arrêtent des maquisards attardés et les fusillent dans l’après-midi ; des maisons sont incendiées. Les Allemands se retirent dès le soir même, puis les Miliciens reprennent possession de la ville, dès le lendemain : des otages sont pris, 54 sont envoyés à Vichy, 7 sont gardés sur place ; ils doivent servir pour récupérer les miliciens arrêtés, notamment Mme Bout de l’An. Malgré des difficultés, des négociations auront bien lieu et l’échange se fera dans les 20 jours suivants.
Un mur des fusillés, situé au rond-point de la Résistance à St-Amand-Montrond reprend les noms du gendarme et des maquisards tués par les Allemands. 

Mur des fusillés, situé au rond-point de la Résistance à Saint-Amand Montrond (Cher)


AUMOINE Jules, Eugène

PERRANET Laurent

VERDIER François, Camille, Émile

MARMOIN Paul

GHIRARDELLO René, Alcide

SAGNELONGE André

CHOLET Georges

DUMAS Rosalie

AUBRUN Alyre, Antoine

BEAU Gaston

BRUNET Roger, Raymond, Louis

DEURWAERDER Charles, Joseph, Marie, Antoine

GERBAUD Didier, Roland

GUYOT Paul, Louis

LAGARENNE Denis

MÉTÉNIER Louis

PACTAT Georges

PETIT André

ROGER Marcel

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article195456, notice Saint-Amand-Montrond (Cher), 8 juin 1944 par Michel Gorand, version mise en ligne le 17 septembre 2017, dernière modification le 8 juin 2019.

Par Michel Gorand

Mur des fusillés, situé au rond-point de la Résistance à Saint-Amand Montrond (Cher)
Mur des fusillés, situé au rond-point de la Résistance à Saint-Amand Montrond (Cher)
Cliché de Michel Gorand.

SOURCES : G.Gueguen-Dreyfus, Résistance Indre et Vallée du Cher, 1970. — La Résistance dans le Cher 1940-1944, 2004.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément