SANTARELLI Pascal

Par Henri-Ferréol Billy, Eric Panthou

Né le 11 novembre 1904 à Bilia (Corse du sud, ex Corse), torturé puis exécuté sommairement par le SD le 23 juillet 1944 à Echassières (Allier) ; mineur ; résistant au sein des Mouvements Unis de la Résistance (MUR).

Fils de Vincente et de Marie, née Toussaint, Pascal Santarelli se maria le 30 août 1931 à Youx (Puy-de-Dôme) avec Jeanne Lapeyre et vivait dans cette commune dans le quartier mineur de Montjoie. Il était ouvrier mineur aux mines de la Bouble, commune de Saint-Eloy-les-Mines (Puy-de-Dôme) tandis que son épouse tenait le café des Sports à Youx, café où il travaillait également. Il avait une fille, mariée à Stanislas Dworak, lui-même résistant.

Membre du camp MUR Nestor Perret et du réseau Action R6, il a été arrêté le 22 juillet 1944 à 21 heures dans son café par un détachement de troupes allemandes (38 hommes, deux camions et une voiture). Santarelli revenait de Saint-Eloy-les-Mines. Ces troupes remontaient vers le carrefour de la Bosse à Echassières (Allier) pour préparer l’attaque contre les camp FTP Chauvet et Dionnet.
Frappé par les soldats dès son arrestation, Santarelli a été remis au SD. Il a été interrogé sommairement devant l’école puis il dut remonter dans le camion. Il a ensuite été torturé pour lui arracher des aveux, avant d’être achevé d’une balle et enterré dans une fosse. Selon les documents du SD retrouvés, il est indiqué que Santarelli, qualifié d’Italien par les Allemands, fut fusillé parce qu’il avait été prouvé de façon indiscutable qu’il avait fait passer des réfractaires du STO au maquis.

Il a été massacré le 23 juillet au carrefour de la Bosse avec Henri Bloch*, Anastasie Hololowka* et François Kaczmarck* dont les corps seront découverts le 10 septembre 1944 dans une fosse à proximité de celle avec le corps de Pascal Santarelli. Ces crimes ont été commis sous la direction du capitaine Burkart.

Homologué forces françaises combattantes (FFC), il a reçu le 14 février 1952 à titre posthume la carte de combattant volontaire de la Résistance (CVR). Il a reçu aussi la carte d’Interné-Résistant (DIR) pour une période d’internement allant du 21 juin au 31 juillet 1944.

Son nom figure sur le monument aux morts de Youx et sur la stèle du carrefour de la Bosse. Il figure aussi sur le monument dans le Livre d’or dédié au personnel combattant de la guerre 1939-1945, Houillères du Bassin d’Auvergne, et sur la plaque commémorative des mines de la Bouble à Saint-Eloy-les-Mines.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article198538, notice SANTARELLI Pascal par Henri-Ferréol Billy, Eric Panthou, version mise en ligne le 27 décembre 2017, dernière modification le 11 décembre 2019.

Par Henri-Ferréol Billy, Eric Panthou

SOURCES : Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 2546 W 9030. Dossier demande attribution carte CVR pour Pascal Santarelli .— Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 148. Crimes de guerre à Echassières .— SHD Vincennes, GR 16 P 534881. Dossier Pascal Santarelli (non consulté) .— Gilles Lévy, Guide des maquis et hauts-lieux de la Résistance d’Auvergne, Paris, presses de la Cité, 1986, p. 44 .—Généanet .— Mémorialgenweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément