MARQUÈS Gérard, Auguste

Par Jacques Girault

Né le 13 mars 1903 à Saint-Tropez (Var), mort le 22 décembre 1965 à Grimaud (Var) ; maçon ; militant syndical (CGTU) ; militant communiste à Saint-Tropez.

Fils d’un poseur à la compagnie ferroviaire du PLM et d’une repasseuse, Gérard Marquès, maçon à Saint-Tropez, participa à la réunion constitutive de l’Union locale CGTU, le 20 avril 1926. Il en devint secrétaire adjoint le 12 septembre 1926 tout en étant secrétaire du syndicat du bâtiment . Le 8 mars 1929, il fut désigné comme trésorier-bibliothécaire de l’UL. La même année, il devint artisan et le syndicat du bâtiment n’eut plus de vie. Le 2 janvier 1933, il fit partie du nouveau bureau du syndicat qui se reforma le 22 février 1933. Il redevint membre du bureau de l’UL. CGTU et fut proposé, en novembre 1933, par l’UL pour la commission d’enquête après la mise à pied d’un employé.

Pour les élections municipales de 1929, Marquès, candidat sur la liste « du Bloc ouvrier et paysan », au deuxième tour, obtint 345 voix sur 1 296 inscrits. A nouveau candidat en 1933, il réunit, le 4 juin, 191 voix sur 1 225 inscrits et le dimanche suivant, 225 voix.

Marquès se maria en juin 1932 à Marseille (Bouches-du-Rhône).
Pendant la guerre, sous le pseudonyme de « Jean Martin », un Espagnol Marquès, ouvrier maçon, fut un des membres actifs du groupe de FTPF. S’agissait-il du même militant ?

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article200138, notice MARQUÈS Gérard, Auguste par Jacques Girault, version mise en ligne le 15 février 2018, dernière modification le 16 février 2018.

Par Jacques Girault

SOURCES : Presse locale. — Archives privées (Lucien Thomazo). — Notes de Jean-Marie Guillon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément