VOPRSAL Henri

Par Dominique Tantin

Né le 4 décembre 1924 à Cognac (Charente), exécuté sommairement le 29 août 1944 dans le KL Buchenwald (Allemagne) ; coiffeur ; résistant, peut-être agent de renseignement des services anglais.

Henri Voprsal était le fils de l’un des soldats tchèques cantonnés à Cognac en 1918. Ces soldats étaient des légionnaires tchèques qui avaient réussi à quitter la Russie et des prisonniers austro-hongrois ralliés à l’Entente. Ils constituèrent un contingent qui donna naissance à une armée tchèque commandée par le général français Janin et son adjoint tchèque Milan Stefanik, composée des 21e, 22e, et 23e régiments de chasseurs tchécoslovaques, formés à Cognac et à Jarnac, groupant un effectif d’environ onze mille hommes.
Henri Vorpsal fut arrêté par les Allemands le 15 janvier 1944 à Arès (Gironde) où il était affecté comme travailleur forcé à l’organisation Todt. Selon l’historien Guy Hontarrède (op. cit., p. 238) il aurait été arrêté pour sabotage et/ou en tant qu’agent des services de renseignement. Ces hypothèses demandent confirmation.
Il fut transféré à Compiègne-Royallieu puis déporté par le convoi du 27 avril 1944. Il mourut au KL de Buchenwald le 29 août 1944, exécuté par pendaison ou fusillade, à l’instar de plusieurs agents alliés.
Son nom est inscrit sur le monument aux Morts de Cognac et sur une stèle de Ruelle-sur-Touvre. A Cognac, l’ancienne rue de Mansle porte son nom ainsi qu’une salle du club de ping-pong.
Notice provisoire. Si vous possédez des informations sur ce résistant, merci de contacter le Maitron des Fusillés.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article200781, notice VOPRSAL Henri par Dominique Tantin, version mise en ligne le 11 mars 2018, dernière modification le 11 mars 2018.

Par Dominique Tantin

SOURCES : Guy Hontarrède, La Charente dans la Seconde Guerre mondiale, Dictionnaire historique, Saintes, Le Croît vif, 2004, p. 238. — MémorialGenWeb. — Légifrance JORF n°286 du 9 décembre 2001 page 19632, Arrêté du 24 octobre 2001 portant apposition de la mention « Mort en déportation » sur les actes et jugements déclaratifs de décès.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément