MOREAU Roger, Antoine

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 26 avril 1925 à Autun (Saône-et-Loire), exécuté sommairement le 20 juillet 1944 à Autun (Saône-et-Loire) ; machiniste ; résistant de l’armée secrète (AS) et des Forces françaises de l’Intérieur (FFI).

Roger Moreau était le fils de Lucien et de Marie Germaine Gautheron, sans profession. Il était célibataire et domicilié rue Piolin à Autun (Saône-et Loire). Il travaillait comme machiniste à l’usine des Télots, à Autun. L’usine était gardée par un détachement de miliciens d’Autun. Plusieurs jeunes ouvriers de l’usine dont Roger Moreau projetaient de rejoindre le maquis de l’armée secrète (AS) "Socrate" mais les miliciens en furent informés. Roger Moreau fut assassiné le 20 juillet à 22 heures sur la place du Champ de Mars, à Autun. Deux autres jeunes, Roger Catel âgé de 18 ans et Jean Renaud, âgé de 20 ans furent également abattus le 20 juillet au lieu-dit "Millery".
Il obtint la mention « Mort pour la France » le 22 décembre 1948. Il fut homologué comme soldat des Forces françaises de l’Intérieur (FFI) le 10 février 1949 et obtint le titre de "Déporté et interné résistant" (DIR).
Son nom figure sur le monument aux morts, à Autun (Saône-et-Loire).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article205789, notice MOREAU Roger, Antoine par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 14 août 2018, dernière modification le 6 janvier 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Journal de Saône-et-Loire du 11 septembre 2001 Trois jours de combats pour libérer la ville et Traces de mémoire, supplément au journal de Saône-et-Loire du 31 août 2004.— Bataille d’Autun sur Internet.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément