COT Jean-Pierre

Par Gilles Morin

Né le 23 octobre 1937 à Chêne-Bougeries, Genève (Suisse) ; professeur de droit international ; militant socialiste, élu de la Savoie puis du Val-de-Marne ; maire de Coise-Saint-Jean-Pied-Gauthier (1971-1995) ; conseiller général de Chamoux-sur-Gelon (1973-1985) puis d’Alfortville (1991) ; député de Savoie (1973-1981) ; ministre délégué auprès du ministre des Relations extérieures, chargé de la coopération et du développement (1981-1982) ; conseiller régional ; député européen (1978-1979, 1984-1994).

[Assemblée nationale]

Fils de Pierre Cot, reçu premier à l’agrégation de droit en 1966, il fut nommé à la faculté d’Amiens, dont il fut le Doyen après les événements de Mai 68. L’année suivante, il rejoignit la faculté de Paris 1.

Jean-Pierre Cot s’inscrivit à un club d’Alain Savary* en 1962, et entra avec lui au PS en 1969. Il remplaça Pierre Herbaut* au comité directeur du PS après le décès de celui-ci en 1970-1971. Il siégea à la direction nationale du Parti socialiste : CD 1970-1971 ; 1973-1977, BE sup 1977-1979, CD 1987, et fut délégué national pour les Communautés européennes de 1976 à 1979. Il rejoignit le courant Rocard, lors du congrès de Metz en 1979-1981.

Conseiller général PS de Chamoux, élu en 1973, réélu en 1979, il présidait la commission des Finances du conseil général en 1981. Délégué départemental de François Mitterrand* pour les élections présidentielles de 1974, député de la 3e circonscription de la Savoie, élu en 1973, réélu en 1978 et juin 1981, il entra au gouvernement comme ministre délégué auprès du ministre des relations extérieures, chargé de la coopération et du Développement en mai 1981 et fut confirmé en juillet suivant (gouvernements Mauroy 1 et 2). Il fut démissionné en décembre 1982, étant en conflit avec la cellule africaine de l’Élysée, après avoir fait des déclarations jugées tiers-mondistes.

Jean-Pierre Cot figura en 73e position sur la liste PS-MRG aux européennes en 1979 et fut élu aux Européennes le 23 juillet 1984. Il présida la commission du budget, fut membre suppléant de la commission juridique et des droits des citoyens, et membre suppléant de la délégation pour les relations avec les Étas-Unis. Réélu en 1989, il présida le groupe des socialistes européens à partir de juillet 1989 et en 1994, figura sur la liste Rocard. Il épousa en 1991, la parlementaire belge Raymonde Dury, vice-présidente du groupe socialiste au parlement européen.

En 1991, recevant Boris Eltsine invité par le groupe, il le traita de démagogue et d’irresponsable, puis lui conseilla de prendre la porte, selon Le Quotidien de Paris du 16 septembre 1992.

Jean-Pierre Cot fut membre du conseil exécutif de l’Unesco.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article20750, notice COT Jean-Pierre par Gilles Morin, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 22 novembre 2022.

Par Gilles Morin

[Assemblée nationale]

SOURCES : Arch. Nat., 19830172, article 069. — Arch. FJJ/6EF73/2. — FNESER, Annuaire des conseillers généraux socialistes, s.d. [1979] ; Annuaire des conseillers généraux socialistes, 1985. — Encyclopédie périodique, Communes et maires de France, société générale de presse, 1987. — Le Trombinoscope des régions, départements et DOM-TOM, La Gazette du Parlement, t. 2, Paris, 1991.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément